La rentrée du Labo Junior

Nous avons le plaisir de vous annoncer la rentrée du labo junior EHVI, qui aura lieu le mardi 27 septembre, en R 20 (site Descartes, bâtiment Recherche de l’ENS de Lyon, rez-de-chaussée).

Après une présentation publique du labo (à laquelle toute personne intéressée est chaleureusement conviée) autour d’un pot de rentrée, nous proposerons une séance sur le thème « Le corps et sa perception ».

Cette séance sera marquée par les participations de Vivianne Balsiger (danseuse et chanteuse, qui vient de créer son solo, et qui nous fera part de ses réflexions autour de la perception du corps dans la pratique et la création artistiques) et de Serge Duperret (médecin-réanimateur en service de transplantation d’organes, en thèse d’éthique sur la non-appartenance de notre corps, et qui nous parlera du rapport des médecins et du patient au corps de ce dernier).

Nous vous accueillerons dès 16h30 pour le pot de rentrée, et la séance commencera ensuite aux alentours de 17h.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux, pour lancer cette nouvelle année du labo junior, qui est sur le point de se renouveler !

Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse

La distorsion entre biologique et social

Dans le cadre des Journées Internationales d’Ethique, organisées par le Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en EthiqueSarah Carvallo et moi-même avons été invitées à réfléchir sur les normes et les valeurs de la vieillesse. Nous nous sommes alors trouvées face au paradoxe suivant : la durée de vie ne cesse d’augmenter, rendant le grand âge plus fréquent, et donc en un sens plus « normal », mais les normes portées par la société civile n’ont pas suivi la réalité biologique, et il est difficile pour les personnes âgées de trouver leur place dans la société, et corrélativement une valeur à leur vieillesse. Nous avons donc choisi de proposer un changement de paradigme, en passant du principe de l’autonomie (optimisation de la vieillesse) ou encore des critères de la médecine anti-âge (négation de la vieillesse) au désir de vieillir (valorisation par la personne de sa propre vieillesse).

Or, cette réflexion a suscité de très nombreux échos de l’intervention de Pierre Ancet sur la perception des corps jugés monstrueux. Le recueil d’articles dirigé par Pierre Ancet sur le corps vécu portait d’ailleurs tout à la fois sur les personnes âgées et sur les personnes handicapées, et nous pouvons déceler de nombreuses similitudes dans les situations des unes et des autres : importante prise en charge institutionnelle contrastant avec une quasi-inexistence sociale, écho parfois douloureux à notre propre fragilité (amplifié, dans le cas de la vieillesse, par le fait que nous serons tous vieux un jour…), existence sociale paradoxale pour une personne dont les normes physiques ne correspondent pas à « la norme » (dans le cas des personnes âgées, inactivité professionnelle en regard de la mâturité performante ou de l’enfance promesse d’avenir). D’où la rédaction de ce billet, qui aimerait se clore sur une proposition de redéfinition de la valeur, de la norme et de l’éthique en regard de ces réflexions… Continuer la lecture de Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse

Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Un colloque interdisciplinaire

Les 2 et 3 décembre 2010 était organisé à Lyon 3 un colloque interdisciplinaire intitulé « La vieillesse : enjeux, pratiques et représentations ». Le programme de ce colloque, élaboré par Sarah Carvallo (Ecole Centrale de Lyon) et Elodie Giroux (Lyon 3), avait pour ambition de faire dialoguer des praticiens et chercheurs venus de différentes disciplines, autour de quatre thématiques : connaître et comprendre / agir / dire et représenter / bien vieillir. Ont ainsi été invités à discuter ensemble des gériatres, des sociologues, des philosophes, des juristes, des psychologues et des praticiens hospitaliers.

Le choix dans l’enchaînement des interventions pouvait parfois surprendre, voire laisser dubitatif dans un premier temps, avant de saisir dans le coeur même du dialogue les rapprochements féconds qui pouvaient s’intaurer entre des réflexions au premier abord fort éloignées. Actuellement en thèse sur l’éthique spinoziste au CERPHI (centre d’études sur la rhétorique, la philosophie et l’histoire des idées de la Renaissance aux Lumières), je suis intervenue sur « Le vieux et le sage » aux côtés de Pierre Krolak Salmon, neurologue en gériatrie et chercheur en dynamique sociale et cognition au Centre Lyon Neurosciences.

Continuer la lecture de Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Continuer la lecture de Méthodes métisses pour concepts nomades

Présentation du laboratoire junior EHVI

La structure du laboratoire Junior

A l’ENS de Lyon, un laboratoire junior de recherche est une initiative engagée par des étudiants en master 2 ou titulaires d’une agrégation, qui réunit des élèves, répondant aux critères suivants : avoir moins de 30 ans, n’appartenir ni au corps des enseignants-chercheurs, ni à celui d’un des organismes de recherche.

Un tel projet est conçu avant tout une initiative de recherche, devant déboucher sur une publication ou un colloque.

Les laboratoires juniors sont créés pour une durée de deux ans, renouvelable sur présentation  d’un rapport complet d’activité.

Le laboratoire EHVI

Le laboratoire EHVI, « Enquête sur l’Homme vivant », créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot, réunis des membres de divers horizons : doctorants-moniteurs ou étudiants en première et seconde année de master de philosophie, en biologie, en études théâtrales, en sciences de l’information et de la communication, en histoire, ou encore en sciences politiques.

Fonctionnement

Les membres du laboratoire junior de recherche se réunissent environ deux fois par mois sur des thématiques et des formats de séances qui sont changeants. Chaque rencontre est initiée sur l’initiative de deux à quatre membres du laboratoire qui propose aux autres membres un point de départ pour une réflexion collective. Ces séances sont autant que possible ouvertes à tous les participants intéressés.

Axes de recherche du laboratoire