Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs – Guillaume Lecointre, 15 mai 2012

Le 15 mai 2012, Guillaume Lecointre, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, est venu nous parler de « Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs », sous les angles suivants :

  • La catégorisation et l’identité, autour du concept d’homologie. L’homologie gère le semblable dans le différent et le différent dans le semblable. Elle sert à faire des catégories.
  •  La catégorisation et la responsabilité du chercheur : avec des catégories qui ne se préoccupent que de ce que les organismes font ; on oublie de protéger cette partie de la biodiversité qui ne rend pas de services écosystémiques, et qui ne vaut que pour ce qu’elle a. Il faut donc catégoriser la biodiversité sur ce que les organismes ont [voir à ce sujet, pour amorcer la réflexion, l’article de Guillaume Lecointre « La biodiversité : au pays des aveugles, le borne est roi ! »]
  • La catégorisation est également au cœur des problématiques homme-animal. On peut démontrer que l’obsession de l’exclusivité et de l’unicité humaines ne peut être rationnellement satisfaite que si l’on a préalablement passé en revue tous les attributs partagés avec différents animaux (c’est précisément ce que fait une phylogénie, par une logique agglomérative et des catégories emboîtées, et non par exclusion comme le font certains pans de la philosophie).

Résumé de l’intervention :

La catégorisation est une opération mentale élémentaire à la compréhension de notre environnement et à la construction du langage. Or, nous ne sommes pas toujours conscients des motifs et des raisons de nos catégories, si bien que leur emploi peut faire obstacle à nos objectifs sans que nous comprenions bien pourquoi. Nous examinerons en quoi les catégories sont inappropriées lorsqu’elles font semblant de parler de la biodiversité qu’elles contiennent ; en quoi elles peuvent nous faire échouer face à nos responsabilités vis-à-vis des générations futures en matière de préservation de l’environnement : si nous ne catégorisons les organismes qu’en vertu des services qu’ils nous rendent (ce qu’ils font), en oubliant de catégoriser sur ce qu’ils ont, nous laisserons disparaître des formes « inutiles » à forte valeur patrimoniale ou évolutive.

Vous pouvez retrouver en ligne l’enregistrement audio et le diaporama associé de son intervention : enregistrement de l’intervention.

Sommaire de l’intervention

Merci à Vincent Charbonnier pour la mise en ligne.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le corps et sa perception

Par Serge Duperret

N’ayant aucune compétence en esthétique, je me bornerai à la description de cas concrets vécus dans le soin.

J’ai vécu une expérience récente bouleversante. Une jeune femme de 38 ans est hospitalisée car elle présente un accident vasculaire grave avec hémiplégie complète. Cette femme est porteuse d’un lourd déficit, car elle est atteinte d’une amyotrophie spinale qui rend sont corps hypotrophique et déformé. Elle se déplaçait jusqu’alors dans un fauteuil électrique et possédait un très bon niveau d’autonomie. Elle a un ami qui partage sa vie et envisage d’avoir des enfants. Je n’ai pas de gêne à dire que son corps est difforme, on a l’impression en la voyant d’un amas posé là par hasard et pourtant. Surplombant ce corps un visage rayonnant, de magnifique yeux bleus rieurs, le tout coiffé d’une magnifique chevelure longue, frisée et blond vénitien. Sa bouche est déformée par la paralysie.

Photo: cc Lieven SOETE sur Flickr

Continuer la lecture de Le corps et sa perception

Retours sur un retour d’expérience (Pour présenter notre recherche : suite)

Nous avions présenté il y a un mois l’expérimentation de réflexivité interdisciplinaire que nous avions tentée ensemble. On avait aussi proposé une interprétation de ce qu’il s’était passé en essayant de mettre ce travail en perspective avec notre évolution en tant que laboratoire junior interdisciplinaire.

Mais ce n’est pas tout : en réfléchissant beaucoup, en plus petit comité, sur les conceptions qu’appelait cette expérience quant au dialogue interdisciplinaire et à la réflexivité, nous avons proposé un retour d’expérience plus approfondi en intervenant lors du colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » des 1-2 décembre 2010 organisé à Limoges.

Continuer la lecture de Retours sur un retour d’expérience (Pour présenter notre recherche : suite)

Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse

La distorsion entre biologique et social

Dans le cadre des Journées Internationales d’Ethique, organisées par le Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en EthiqueSarah Carvallo et moi-même avons été invitées à réfléchir sur les normes et les valeurs de la vieillesse. Nous nous sommes alors trouvées face au paradoxe suivant : la durée de vie ne cesse d’augmenter, rendant le grand âge plus fréquent, et donc en un sens plus « normal », mais les normes portées par la société civile n’ont pas suivi la réalité biologique, et il est difficile pour les personnes âgées de trouver leur place dans la société, et corrélativement une valeur à leur vieillesse. Nous avons donc choisi de proposer un changement de paradigme, en passant du principe de l’autonomie (optimisation de la vieillesse) ou encore des critères de la médecine anti-âge (négation de la vieillesse) au désir de vieillir (valorisation par la personne de sa propre vieillesse).

Or, cette réflexion a suscité de très nombreux échos de l’intervention de Pierre Ancet sur la perception des corps jugés monstrueux. Le recueil d’articles dirigé par Pierre Ancet sur le corps vécu portait d’ailleurs tout à la fois sur les personnes âgées et sur les personnes handicapées, et nous pouvons déceler de nombreuses similitudes dans les situations des unes et des autres : importante prise en charge institutionnelle contrastant avec une quasi-inexistence sociale, écho parfois douloureux à notre propre fragilité (amplifié, dans le cas de la vieillesse, par le fait que nous serons tous vieux un jour…), existence sociale paradoxale pour une personne dont les normes physiques ne correspondent pas à « la norme » (dans le cas des personnes âgées, inactivité professionnelle en regard de la mâturité performante ou de l’enfance promesse d’avenir). D’où la rédaction de ce billet, qui aimerait se clore sur une proposition de redéfinition de la valeur, de la norme et de l’éthique en regard de ces réflexions… Continuer la lecture de Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse

Compte-rendu de la conférence de Pierre Ancet : « La perception des corps jugés monstrueux »

Pierre Ancet, maître de conférences en philosophie à l ‘Université de Bourgogne (au Centre Georges Chevrier – UMR CNRS 5605) a donné cette conférence – sous-titrée « Monstres, handicap, tératologie » –  le 10 décembre 2010, à l’ENS de Lyon. Un compte-rendu plus détaillé – et plus interprétatif – en sera bientôt fait et prochainement disponible sur le site du Laboratoire Junior.

La démarche que nous a proposé Pierre Ancet, cet après-midi de décembre, rejoint exactement la méthode expérimentée lors de la séance consacrée à la réflexivité : pour nous faire réfléchir sur les conditions subjectives et intersubjectives d’une rencontre saine entre personne handicapée et personne valide, Pierre Ancet a choisi de nous faire vivre l’expérience de l’objet de réflexion afin d’orienter notre attention sur notre ressenti, nos réactions irréfléchies ainsi que sur ces questions que nous nous posions en nous-mêmes, souvent à l’insu de notre conscience.

Ainsi, pour développer en profondeur le problème du rapport entre les normes (biologiques, sociales) et l’humain, Pierre Ancet a abordé la question du point de vue de l’expérience concrète : expérience affective de notre perception d’un corps difforme, d’une part, vécu (expérience intérieure, image du corps) propre à une personne handicapée, de l’autre.

Continuer la lecture de Compte-rendu de la conférence de Pierre Ancet : « La perception des corps jugés monstrueux »