Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs – Guillaume Lecointre, 15 mai 2012

Le 15 mai 2012, Guillaume Lecointre, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, est venu nous parler de « Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs », sous les angles suivants :

  • La catégorisation et l’identité, autour du concept d’homologie. L’homologie gère le semblable dans le différent et le différent dans le semblable. Elle sert à faire des catégories.
  •  La catégorisation et la responsabilité du chercheur : avec des catégories qui ne se préoccupent que de ce que les organismes font ; on oublie de protéger cette partie de la biodiversité qui ne rend pas de services écosystémiques, et qui ne vaut que pour ce qu’elle a. Il faut donc catégoriser la biodiversité sur ce que les organismes ont [voir à ce sujet, pour amorcer la réflexion, l’article de Guillaume Lecointre « La biodiversité : au pays des aveugles, le borne est roi ! »]
  • La catégorisation est également au cœur des problématiques homme-animal. On peut démontrer que l’obsession de l’exclusivité et de l’unicité humaines ne peut être rationnellement satisfaite que si l’on a préalablement passé en revue tous les attributs partagés avec différents animaux (c’est précisément ce que fait une phylogénie, par une logique agglomérative et des catégories emboîtées, et non par exclusion comme le font certains pans de la philosophie).

Résumé de l’intervention :

La catégorisation est une opération mentale élémentaire à la compréhension de notre environnement et à la construction du langage. Or, nous ne sommes pas toujours conscients des motifs et des raisons de nos catégories, si bien que leur emploi peut faire obstacle à nos objectifs sans que nous comprenions bien pourquoi. Nous examinerons en quoi les catégories sont inappropriées lorsqu’elles font semblant de parler de la biodiversité qu’elles contiennent ; en quoi elles peuvent nous faire échouer face à nos responsabilités vis-à-vis des générations futures en matière de préservation de l’environnement : si nous ne catégorisons les organismes qu’en vertu des services qu’ils nous rendent (ce qu’ils font), en oubliant de catégoriser sur ce qu’ils ont, nous laisserons disparaître des formes « inutiles » à forte valeur patrimoniale ou évolutive.

Vous pouvez retrouver en ligne l’enregistrement audio et le diaporama associé de son intervention : enregistrement de l’intervention.

Sommaire de l’intervention

Merci à Vincent Charbonnier pour la mise en ligne.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *