Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse

La distorsion entre biologique et social

Dans le cadre des Journées Internationales d’Ethique, organisées par le Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en EthiqueSarah Carvallo et moi-même avons été invitées à réfléchir sur les normes et les valeurs de la vieillesse. Nous nous sommes alors trouvées face au paradoxe suivant : la durée de vie ne cesse d’augmenter, rendant le grand âge plus fréquent, et donc en un sens plus « normal », mais les normes portées par la société civile n’ont pas suivi la réalité biologique, et il est difficile pour les personnes âgées de trouver leur place dans la société, et corrélativement une valeur à leur vieillesse. Nous avons donc choisi de proposer un changement de paradigme, en passant du principe de l’autonomie (optimisation de la vieillesse) ou encore des critères de la médecine anti-âge (négation de la vieillesse) au désir de vieillir (valorisation par la personne de sa propre vieillesse).

Or, cette réflexion a suscité de très nombreux échos de l’intervention de Pierre Ancet sur la perception des corps jugés monstrueux. Le recueil d’articles dirigé par Pierre Ancet sur le corps vécu portait d’ailleurs tout à la fois sur les personnes âgées et sur les personnes handicapées, et nous pouvons déceler de nombreuses similitudes dans les situations des unes et des autres : importante prise en charge institutionnelle contrastant avec une quasi-inexistence sociale, écho parfois douloureux à notre propre fragilité (amplifié, dans le cas de la vieillesse, par le fait que nous serons tous vieux un jour…), existence sociale paradoxale pour une personne dont les normes physiques ne correspondent pas à « la norme » (dans le cas des personnes âgées, inactivité professionnelle en regard de la mâturité performante ou de l’enfance promesse d’avenir). D’où la rédaction de ce billet, qui aimerait se clore sur une proposition de redéfinition de la valeur, de la norme et de l’éthique en regard de ces réflexions… Continuer la lecture de Réflexion autour des normes et valeurs de la vieillesse