Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

        Compte-rendu de la séance animée par Philippe Hert, le 6 décembre 2011

À partir d’une réflexion en cours autour de sa recherche en ethnologie, Philippe Hert nous a sensibilisé à un paradoxe dans lequel se trouve le chercheur de terrain en sciences humaines : pris tout entier dans la situation qu’il étudie en interaction, le chercheur n’échappe pas à un engagement de ses affects vis-à-vis des individus et des groupes avec qui – pourtant – il est dans une relation d’étude scientifique, c’est-à-dire la plus objective possible.
Qu’ils « orientent » son observation ou qu’ils transforment l’activité des populations étudiées, ces affects ont en quelque sorte l’effet de biais structurels – car le chercheur est nécessairement là avec son corps. Comment gérer un tel paradoxe ?

Continuer la lecture de Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

Le corps et sa perception

Par Serge Duperret

N’ayant aucune compétence en esthétique, je me bornerai à la description de cas concrets vécus dans le soin.

J’ai vécu une expérience récente bouleversante. Une jeune femme de 38 ans est hospitalisée car elle présente un accident vasculaire grave avec hémiplégie complète. Cette femme est porteuse d’un lourd déficit, car elle est atteinte d’une amyotrophie spinale qui rend sont corps hypotrophique et déformé. Elle se déplaçait jusqu’alors dans un fauteuil électrique et possédait un très bon niveau d’autonomie. Elle a un ami qui partage sa vie et envisage d’avoir des enfants. Je n’ai pas de gêne à dire que son corps est difforme, on a l’impression en la voyant d’un amas posé là par hasard et pourtant. Surplombant ce corps un visage rayonnant, de magnifique yeux bleus rieurs, le tout coiffé d’une magnifique chevelure longue, frisée et blond vénitien. Sa bouche est déformée par la paralysie.

Photo: cc Lieven SOETE sur Flickr

Continuer la lecture de Le corps et sa perception