Retour sur : « Perception/imagination active : le labo junior EHVI hors les murs »

Extrait de l’annonce de la rencontre :

« Vivianne Balsiger en compagnie d’autres acolytes, invite le Labo junior – et tous ceux qui s’y adjoignent ponctuellement – à mener leur rencontre à ramdam* – lieu d’accueil et de recherches artistiques, où elle réalise actuellement sa création – Foreign Lands.
Une rencontre qui poursuivra et déplacera à sa manière les questionnements abordés lors des rencontres précédentes autour de la perception, de l’illusion et de l’imagination face cette matière qui ne va pas tout à fait de soi : le réel qui, de plus, nous est donné à vivre par le corps et l’esprit. »

Présentation de la séance (pdf)

Samedi dernier, Vivianne Balsinger et Mary Chebbah nous ont chaleureusement accueillis à ramdam, lieu de résidence d’artistes. Nous étions une dizaine à nous prêter au jeu de l’éveil mais aussi de la perturbation de nos perceptions corporelles.

Continuer la lecture de Retour sur : « Perception/imagination active : le labo junior EHVI hors les murs »

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

        Compte-rendu de la séance animée par Philippe Hert, le 6 décembre 2011

À partir d’une réflexion en cours autour de sa recherche en ethnologie, Philippe Hert nous a sensibilisé à un paradoxe dans lequel se trouve le chercheur de terrain en sciences humaines : pris tout entier dans la situation qu’il étudie en interaction, le chercheur n’échappe pas à un engagement de ses affects vis-à-vis des individus et des groupes avec qui – pourtant – il est dans une relation d’étude scientifique, c’est-à-dire la plus objective possible.
Qu’ils « orientent » son observation ou qu’ils transforment l’activité des populations étudiées, ces affects ont en quelque sorte l’effet de biais structurels – car le chercheur est nécessairement là avec son corps. Comment gérer un tel paradoxe ?

Continuer la lecture de Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Continuer la lecture de Méthodes métisses pour concepts nomades

Présentation du laboratoire junior EHVI

La structure du laboratoire Junior

A l’ENS de Lyon, un laboratoire junior de recherche est une initiative engagée par des étudiants en master 2 ou titulaires d’une agrégation, qui réunit des élèves, répondant aux critères suivants : avoir moins de 30 ans, n’appartenir ni au corps des enseignants-chercheurs, ni à celui d’un des organismes de recherche.

Un tel projet est conçu avant tout une initiative de recherche, devant déboucher sur une publication ou un colloque.

Les laboratoires juniors sont créés pour une durée de deux ans, renouvelable sur présentation  d’un rapport complet d’activité.

Le laboratoire EHVI

Le laboratoire EHVI, « Enquête sur l’Homme vivant », créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot, réunis des membres de divers horizons : doctorants-moniteurs ou étudiants en première et seconde année de master de philosophie, en biologie, en études théâtrales, en sciences de l’information et de la communication, en histoire, ou encore en sciences politiques.

Fonctionnement

Les membres du laboratoire junior de recherche se réunissent environ deux fois par mois sur des thématiques et des formats de séances qui sont changeants. Chaque rencontre est initiée sur l’initiative de deux à quatre membres du laboratoire qui propose aux autres membres un point de départ pour une réflexion collective. Ces séances sont autant que possible ouvertes à tous les participants intéressés.

Axes de recherche du laboratoire