« Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)

Plus interdisciplinaire que jamais, l’équipe du Labo Junior s’est réunie le 16 février pour revenir ensemble sur les idées essentielles de la conférence « Un nouveau paradigme biologique : l’ontophylogenèse » donnée par Jean-Jacques Kupiec, fin mai 2010. Il s’agissait de mettre en perspective ces thèses novatrices, afin d’en comprendre un peu mieux les enjeux.  A titre de proposition, voici un compte-rendu de la discussion qui tente de synthétiser les différents problèmes  qu’on y a envisagés. Vos commentaires, bienvenus autant qu’attendus, serviront à rectifier et améliorer ce résumé pour proposer aux intervenants du colloque de l’automne un sujet de discussion croisée.

  1. le « déterminisme génétique » (et ses implications) est critiqué par une interprétation probabiliste de la causalité biologique

    La remise en cause du concept de « programme génétique »  (et plus précisément de la « stéréo-spécificité » des protéines, c’est-à-dire la prédétermination de leur partenaire d’interaction) propose une alternative à la nécessité mécanique d’ « expression » des gènes, de détermination stricte de notre phénotype (morphologie, physiologie voire comportement) par la traduction de notre génotype (information génétique). Plus radicale que la perspective épigénétique (étude de l’impact des facteurs environnementaux qui trient ou conditionnent l’expression de certains gènes – expression qui n’est donc plus systématique), la thèse de J.-J. Kupiec est la suivante : l’expression des gènes est aléatoire, car les partenaires d’interaction des protéines (pour lesquelles ils codent) ne sont pas prédéfinis ; les possibilités d’interactions sont donc très nombreuses, et la grande régularité des phénomènes biologiques (condition de viabilité des organisme) s’explique par une contrainte physique (la compartimentation spatio-temporelle dans la cellule, qui dessine des « voies de signalisation ») venant trier les possibilités combinatoires. Le fonctionnement organique ne repose donc pas sur des lois mais seulement sur une régularité probabiliste : puisque la structure cellulaire est phénotypique, elle est elle-même la résultante de la sélection naturelle, si bien que – finalement – tout ce que l’on a cru déterminé n’est en fait que fortement sélectionné. Si « tout est possible », dans l’ordre  du vivant, seules certaines voies de développement sont quasi-exclusivement probables. Si, comme on le sait, tous les phénomènes organiques reposent sur des interactions au niveau moléculaire, on avance alors que la régularité même constitutive de ces « phénomènes biologiques » surgit en termes proprement statistiques des interactions aléatoires.
    A travers deux exemples (l’apoptose et le cancer du colon), on a tenté de comparer les explications que donneraient les perspectives ultra-généticienne et ultra-darwinienne : or, le fonctionnement décrit reste inchangé, seule l’interprétation de la causalité (prédétermination ou tendance atavique) diffère. L’enjeu d’une telle nuance nous a pourtant semblé de taille : elle montre la nécessité de privilégier au maximum la prise en compte des facteurs environnementaux dans le développement et le fonctionnement organique en général.
    Continuer la lecture de « Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)