« Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Le 29 mars 2010, toute l’équipe du Labo Junior s’est réunie pour une séance un peu particulière, puisqu’il s’agissait en quelque sorte de se prêter à une expérimentation.

Au départ, le principe en était relativement simple : puisque nous avions du mal à discuter – chaque membre discutant le sujet en général mais en restant prisonnier du point de vue propre à sa formation/discipline particulière – que se passerait-il si nous réfléchissions tous ensemble mais de manière à ce que chacun questionne sa propre façon de poser les problèmes ?

La forme « expérimentale » signifiait donc d’abord une tentative ; c’était pourtant plus que cela : pour amener chacun à la démarche réflexive de traquer ses biais disciplinaires (paradigmes, méthodes, préoccupations…), le mieux nous paraissait de tenter de faire vivre (en direct et ensemble) l’expérience – bien connue de tous – où l’on « sent le sol se dérober sous ses pieds » lorsque nos habitudes de penser se révèlent n’être que des fausses évidences. Cette séance reposait donc sur une expérience en un second sens – celui du vécu ressenti par chacun mais en commun, et finalement partagé.

Mais il y a plus : cette séance était « expérimentale » en ce troisième sens qu’on s’y est proposé de mettre une hypothèse à l’épreuve des faits – de tester une intuition. Si en effet (comme nous le pensions) nos difficultés à échanger tenaient à ce que nos formations disciplinaires respectives créaient d’emblée une incommensurabilité entre nos niveaux de questionnements, nos axes problématiques ou nos paradigmes interprétatifs – alors les « présentations » rendant possible toutes les rencontres ne devraient-elles pas ici porter précisément sur les points de vue d’où chacun part et parle ?

Continuer la lecture de « Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Un colloque interdisciplinaire

Les 2 et 3 décembre 2010 était organisé à Lyon 3 un colloque interdisciplinaire intitulé « La vieillesse : enjeux, pratiques et représentations ». Le programme de ce colloque, élaboré par Sarah Carvallo (Ecole Centrale de Lyon) et Elodie Giroux (Lyon 3), avait pour ambition de faire dialoguer des praticiens et chercheurs venus de différentes disciplines, autour de quatre thématiques : connaître et comprendre / agir / dire et représenter / bien vieillir. Ont ainsi été invités à discuter ensemble des gériatres, des sociologues, des philosophes, des juristes, des psychologues et des praticiens hospitaliers.

Le choix dans l’enchaînement des interventions pouvait parfois surprendre, voire laisser dubitatif dans un premier temps, avant de saisir dans le coeur même du dialogue les rapprochements féconds qui pouvaient s’intaurer entre des réflexions au premier abord fort éloignées. Actuellement en thèse sur l’éthique spinoziste au CERPHI (centre d’études sur la rhétorique, la philosophie et l’histoire des idées de la Renaissance aux Lumières), je suis intervenue sur « Le vieux et le sage » aux côtés de Pierre Krolak Salmon, neurologue en gériatrie et chercheur en dynamique sociale et cognition au Centre Lyon Neurosciences.

Continuer la lecture de Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Continuer la lecture de Méthodes métisses pour concepts nomades

Présentation du laboratoire junior EHVI

La structure du laboratoire Junior

A l’ENS de Lyon, un laboratoire junior de recherche est une initiative engagée par des étudiants en master 2 ou titulaires d’une agrégation, qui réunit des élèves, répondant aux critères suivants : avoir moins de 30 ans, n’appartenir ni au corps des enseignants-chercheurs, ni à celui d’un des organismes de recherche.

Un tel projet est conçu avant tout une initiative de recherche, devant déboucher sur une publication ou un colloque.

Les laboratoires juniors sont créés pour une durée de deux ans, renouvelable sur présentation  d’un rapport complet d’activité.

Le laboratoire EHVI

Le laboratoire EHVI, « Enquête sur l’Homme vivant », créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot, réunis des membres de divers horizons : doctorants-moniteurs ou étudiants en première et seconde année de master de philosophie, en biologie, en études théâtrales, en sciences de l’information et de la communication, en histoire, ou encore en sciences politiques.

Fonctionnement

Les membres du laboratoire junior de recherche se réunissent environ deux fois par mois sur des thématiques et des formats de séances qui sont changeants. Chaque rencontre est initiée sur l’initiative de deux à quatre membres du laboratoire qui propose aux autres membres un point de départ pour une réflexion collective. Ces séances sont autant que possible ouvertes à tous les participants intéressés.

Axes de recherche du laboratoire