« Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)

Plus interdisciplinaire que jamais, l’équipe du Labo Junior s’est réunie le 16 février pour revenir ensemble sur les idées essentielles de la conférence « Un nouveau paradigme biologique : l’ontophylogenèse » donnée par Jean-Jacques Kupiec, fin mai 2010. Il s’agissait de mettre en perspective ces thèses novatrices, afin d’en comprendre un peu mieux les enjeux.  A titre de proposition, voici un compte-rendu de la discussion qui tente de synthétiser les différents problèmes  qu’on y a envisagés. Vos commentaires, bienvenus autant qu’attendus, serviront à rectifier et améliorer ce résumé pour proposer aux intervenants du colloque de l’automne un sujet de discussion croisée.

  1. le « déterminisme génétique » (et ses implications) est critiqué par une interprétation probabiliste de la causalité biologique

    La remise en cause du concept de « programme génétique »  (et plus précisément de la « stéréo-spécificité » des protéines, c’est-à-dire la prédétermination de leur partenaire d’interaction) propose une alternative à la nécessité mécanique d’ « expression » des gènes, de détermination stricte de notre phénotype (morphologie, physiologie voire comportement) par la traduction de notre génotype (information génétique). Plus radicale que la perspective épigénétique (étude de l’impact des facteurs environnementaux qui trient ou conditionnent l’expression de certains gènes – expression qui n’est donc plus systématique), la thèse de J.-J. Kupiec est la suivante : l’expression des gènes est aléatoire, car les partenaires d’interaction des protéines (pour lesquelles ils codent) ne sont pas prédéfinis ; les possibilités d’interactions sont donc très nombreuses, et la grande régularité des phénomènes biologiques (condition de viabilité des organisme) s’explique par une contrainte physique (la compartimentation spatio-temporelle dans la cellule, qui dessine des « voies de signalisation ») venant trier les possibilités combinatoires. Le fonctionnement organique ne repose donc pas sur des lois mais seulement sur une régularité probabiliste : puisque la structure cellulaire est phénotypique, elle est elle-même la résultante de la sélection naturelle, si bien que – finalement – tout ce que l’on a cru déterminé n’est en fait que fortement sélectionné. Si « tout est possible », dans l’ordre  du vivant, seules certaines voies de développement sont quasi-exclusivement probables. Si, comme on le sait, tous les phénomènes organiques reposent sur des interactions au niveau moléculaire, on avance alors que la régularité même constitutive de ces « phénomènes biologiques » surgit en termes proprement statistiques des interactions aléatoires.
    A travers deux exemples (l’apoptose et le cancer du colon), on a tenté de comparer les explications que donneraient les perspectives ultra-généticienne et ultra-darwinienne : or, le fonctionnement décrit reste inchangé, seule l’interprétation de la causalité (prédétermination ou tendance atavique) diffère. L’enjeu d’une telle nuance nous a pourtant semblé de taille : elle montre la nécessité de privilégier au maximum la prise en compte des facteurs environnementaux dans le développement et le fonctionnement organique en général.
    Continuer la lecture de « Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)

Retour sur « L’ontophylogénèse : un nouveau paradigme ? »

Afin de préparer la séance du labo Junior qui aura lieu le mercredi 16 février, nous vous proposons de vous replonger dans la conférence donnée par Jean-Jacques Kupiec, le 27 mai 2010 (ENS de Lyon, site Monod)

Retrouver la transcription de son intervention sur le site internet du laboratoire.

Spécialiste de bio­lo­gie molé­cu­laire, de phi­lo­so­phie de la bio­lo­gie et épistémologue, ses recher­ches l’amè­nent à cons­truire une nou­velle théo­rie de l’orga­ni­sa­tion bio­lo­gi­que met­tant en crise le déter­mi­nisme géné­ti­que et la phi­lo­so­phie de l’espèce. Il réa­lise des modé­li­sa­tions de com­por­te­ment de cel­lu­les riva­les dans leur accès aux res­sour­ces (dont la lutte peut, par exem­ple, se mani­fes­ter à l’échelle macro­sco­pi­que par la for­ma­tion d’un muscle ou d’un os). Pour lui l’onto­ge­nèse (le déve­lop­pe­ment d’un orga­nisme indi­vi­duel) et la phy­lo­ge­nèse (l’évolution des espè­ces) ne for­ment qu’un pro­ces­sus unique. Il déve­loppe le concept d’onto­phy­lo­ge­nèse, c’est-à-dire un dar­wi­nisme cel­lu­laire qui vient résou­dre les contra­dic­tions du déter­mi­nisme géné­ti­que (l’ordre dans le vivant par les molé­cu­les) d’une part et du holisme (l’ordre par le tout).

Enregistrement de la confé­rence

* Première partie


* Deuxième partie


* Troisième partie


* Quatrième partie


« Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Le 29 mars 2010, toute l’équipe du Labo Junior s’est réunie pour une séance un peu particulière, puisqu’il s’agissait en quelque sorte de se prêter à une expérimentation.

Au départ, le principe en était relativement simple : puisque nous avions du mal à discuter – chaque membre discutant le sujet en général mais en restant prisonnier du point de vue propre à sa formation/discipline particulière – que se passerait-il si nous réfléchissions tous ensemble mais de manière à ce que chacun questionne sa propre façon de poser les problèmes ?

La forme « expérimentale » signifiait donc d’abord une tentative ; c’était pourtant plus que cela : pour amener chacun à la démarche réflexive de traquer ses biais disciplinaires (paradigmes, méthodes, préoccupations…), le mieux nous paraissait de tenter de faire vivre (en direct et ensemble) l’expérience – bien connue de tous – où l’on « sent le sol se dérober sous ses pieds » lorsque nos habitudes de penser se révèlent n’être que des fausses évidences. Cette séance reposait donc sur une expérience en un second sens – celui du vécu ressenti par chacun mais en commun, et finalement partagé.

Mais il y a plus : cette séance était « expérimentale » en ce troisième sens qu’on s’y est proposé de mettre une hypothèse à l’épreuve des faits – de tester une intuition. Si en effet (comme nous le pensions) nos difficultés à échanger tenaient à ce que nos formations disciplinaires respectives créaient d’emblée une incommensurabilité entre nos niveaux de questionnements, nos axes problématiques ou nos paradigmes interprétatifs – alors les « présentations » rendant possible toutes les rencontres ne devraient-elles pas ici porter précisément sur les points de vue d’où chacun part et parle ?

Continuer la lecture de « Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Continuer la lecture de Méthodes métisses pour concepts nomades

Présentation du laboratoire junior EHVI

La structure du laboratoire Junior

A l’ENS de Lyon, un laboratoire junior de recherche est une initiative engagée par des étudiants en master 2 ou titulaires d’une agrégation, qui réunit des élèves, répondant aux critères suivants : avoir moins de 30 ans, n’appartenir ni au corps des enseignants-chercheurs, ni à celui d’un des organismes de recherche.

Un tel projet est conçu avant tout une initiative de recherche, devant déboucher sur une publication ou un colloque.

Les laboratoires juniors sont créés pour une durée de deux ans, renouvelable sur présentation  d’un rapport complet d’activité.

Le laboratoire EHVI

Le laboratoire EHVI, « Enquête sur l’Homme vivant », créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot, réunis des membres de divers horizons : doctorants-moniteurs ou étudiants en première et seconde année de master de philosophie, en biologie, en études théâtrales, en sciences de l’information et de la communication, en histoire, ou encore en sciences politiques.

Fonctionnement

Les membres du laboratoire junior de recherche se réunissent environ deux fois par mois sur des thématiques et des formats de séances qui sont changeants. Chaque rencontre est initiée sur l’initiative de deux à quatre membres du laboratoire qui propose aux autres membres un point de départ pour une réflexion collective. Ces séances sont autant que possible ouvertes à tous les participants intéressés.

Axes de recherche du laboratoire