Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs – Guillaume Lecointre, 15 mai 2012

Le 15 mai 2012, Guillaume Lecointre, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, est venu nous parler de « Catégorisation des espèces animales et responsabilité des chercheurs », sous les angles suivants :

  • La catégorisation et l’identité, autour du concept d’homologie. L’homologie gère le semblable dans le différent et le différent dans le semblable. Elle sert à faire des catégories.
  •  La catégorisation et la responsabilité du chercheur : avec des catégories qui ne se préoccupent que de ce que les organismes font ; on oublie de protéger cette partie de la biodiversité qui ne rend pas de services écosystémiques, et qui ne vaut que pour ce qu’elle a. Il faut donc catégoriser la biodiversité sur ce que les organismes ont [voir à ce sujet, pour amorcer la réflexion, l’article de Guillaume Lecointre « La biodiversité : au pays des aveugles, le borne est roi ! »]
  • La catégorisation est également au cœur des problématiques homme-animal. On peut démontrer que l’obsession de l’exclusivité et de l’unicité humaines ne peut être rationnellement satisfaite que si l’on a préalablement passé en revue tous les attributs partagés avec différents animaux (c’est précisément ce que fait une phylogénie, par une logique agglomérative et des catégories emboîtées, et non par exclusion comme le font certains pans de la philosophie).

Résumé de l’intervention :

La catégorisation est une opération mentale élémentaire à la compréhension de notre environnement et à la construction du langage. Or, nous ne sommes pas toujours conscients des motifs et des raisons de nos catégories, si bien que leur emploi peut faire obstacle à nos objectifs sans que nous comprenions bien pourquoi. Nous examinerons en quoi les catégories sont inappropriées lorsqu’elles font semblant de parler de la biodiversité qu’elles contiennent ; en quoi elles peuvent nous faire échouer face à nos responsabilités vis-à-vis des générations futures en matière de préservation de l’environnement : si nous ne catégorisons les organismes qu’en vertu des services qu’ils nous rendent (ce qu’ils font), en oubliant de catégoriser sur ce qu’ils ont, nous laisserons disparaître des formes « inutiles » à forte valeur patrimoniale ou évolutive.

Vous pouvez retrouver en ligne l’enregistrement audio et le diaporama associé de son intervention : enregistrement de l’intervention.

Sommaire de l’intervention

Merci à Vincent Charbonnier pour la mise en ligne.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Appel à contribution pour un ouvrage : « Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres « 

Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres

Une mise à l’épreuve du déterminisme comme du hasard

Argumentaire

L’individu ne se laisse pas facilement saisir. Les disciplines qui s’intéressent à l’individu, d’un point de vue par exemple social, biologique ou philosophique développent des méthodes ou des approches qui nous placent souvent devant un décalage entre une approche dite objective ou rationnelle et la singularité d’un vécu.

Ainsi toute discipline rencontre des difficultés face à cette exigence, dans la mesure où on refuse de la considérer comme insignifiante : rendre compte de façon pertinente et rigoureuse de la singularité comme du devenir de l’individu, sans opposer frontalement ce qui relèverait de l’objectivité ou de la subjectivité.

Si donc on entend par « individu » à la fois un être singulier (formant un tout unique) et le devenir en construction de cet être à travers une existence personnelle, comment rendre compte rationnellement et objectivement de ces deux dimensions sans les réduire, par exemple, à une essence (en philosophie) ou encore à un programme génétique (en biologie) ? Continuer la lecture de Appel à contribution pour un ouvrage : « Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres « 

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Article initialement publié dans les Espaces réflexifs, le 18 février 2012

Ce billet naît d’un article co-écrit avec Barthélemy Durrive et Julie Henry, intitulé « Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre« . Cet article a été rédigé à partir de l’expérience des séances du laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant », pour les actes du Colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » – décembre 2010 (Publication des actes prévue début 2012). La version préprint de cet article est disponible en ligne. sur HAL-SHS.

« S’il est nécessaire que ce soit à chaque fois moi-même qui opère ce retour sur ma pratique (afin de saisir pertinemment ce qui se fait, de le comprendre à même l’activité), une telle démarche n’est cependant pas astreinte à une telle circularité de soi à soi ; il semble en effet que l’autre puisse venir médiatiser le rapport particulier que j’entretiens avec moi-même dans l’autocritique ou l’auto-analyse, sans le dénaturer ou en réduire la pertinence et l’efficacité. Au contraire, dans la mesure où le même ne saurait interroger immédiatement le même (et que cette autosaisie originaire relève davantage d’une illusion à laquelle il faut renoncer pour atteindre une relative lucidité vis-à-vis de nos propres biais cognitifs et pratiques), le « détour » par l’extériorité de l’interlocuteur prolongerait une mise à distance déjà à l’œuvre dans l’effort réflexif, qui ne se contente pas d’introspection.

Par rapport à nos expériences antérieures de réflexivité, faire précéder le « retour » à soi par un « détour » par le point de vue de l’autre nous en effet semble permettre d’éviter un double écueil : d’une part la tentation introspective de prétendre se passer de l’autre pour s’autosaisir directement, d’autre part la critique extérieure (objectivation unilatérale ou opposition frontale entre disciplines), peut-être trop facile. Ainsi, une « ouverture » réflexive aux autres nous semble permettre de laisser l’initiative au « je », tout en l’engageant dans un point de vue extérieur. », (Durrive, Faury et Henry, 2012)

Le dialogue interdisciplinaire, en cela qu’il permet de croiser des démarches réflexives, que nous avons appelées directes (individuelle, disciplinaire, par soi) et indirectes (collective, interdisciplinaire, par l’autre) dans le cadre du travail effectué dans le Laboratoire Junior Enquête sur l’homme vivant, nous semble permettre le dépassement de la « conscience réflexive » individuelle (Le Marec, 2002) ou la critique réflexive en collectif : « ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) », le travail sur soi, et la prise de conscience des perspectives disciplinaires depuis lesquelles on parle, s’intègre dans un dialogue qui induit nécessairement de la réflexivité. Celle-ci nous paraît réinterroger les pratiques et les résultats disciplinaires et amène (Durrive, Faury et Henry, 2012) :

  • à « se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait d’une formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents » (perspective disciplinaire sur l’objet de recherche : explicitation des postulats, paradigmes et dogmes disciplinaires) ;
  • « à reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent » (perspective disciplinaire sur l’objet de recherche : réinterrogation et déconstruction des concepts utilisés) ;
  • à faire apparaître la légitimité propre « d’une approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité » (contextualisation et spécificité : reconstruction individuelle et collective des critères de scientificité de résultats disciplinaires).

La force du travail collectif, entre disciplines, mais plus généralement entre chercheurs aux cadres de références différents, serait d’engager une réflexivité par l’autre de nature complémentaire à la réflexivité par soi, mise en œuvre individuellement par le chercheur. La scientificité des résultats d’une recherche passerait dès lors notamment par leur contextualisation disciplinaire, l’explicitation de la perspective choisie sur l’objet de recherche, qui exclue nécessairement toutes les autres, la prise en compte des « évidences » disciplinaire et leur réinterrogation. La démarche réflexive est donc bien loin d’un processus relativiste qui desservirait les pratiques scientifiques : elle légitime au contraire la perspective que l’on rend intelligible, explicite sa légitimité et lui confère un surplus de scientificité.

« Par ce qu’elle a ainsi de paradoxal, cette posture réflexive nous paraît originale : elle nous montre « en creux » – c’est-à-dire par leur absence se faisant sentir comme double contrainte – certains impensés profonds de nos pratiques, tout en nous donnant l’occasion de faire apparaître à nos propres yeux la légitimité de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité. Si l’on y court bien entendu le risque d’une impasse où chacun conclurait à l’incommensurabilité totale des démarches – voire à l’illégitimité de toute autre approche que la sienne – l’essentiel de ce premier mouvement nous semble se trouver en-deçà de la compréhension mutuelle effective : c’est la démarche de retravailler ses concepts (et surtout sa manière de poser ses problèmes spécifiques) pour les rendre compréhensibles sans les présupposés qu’ils requièrent pourtant. » (Durrive, Faury et Henry, 2012)

« Nous empruntons à Suchman (1995:574) sa définition de la légitimité : “La légitimité est une perception généralisée ou l’hypothèse que les actions d’une entité sont désirables, correctes ou appropriées dans un système socialement construit de normes, valeurs, croyances, et des définitions“. C’est ce qu’il est admis et souhaitable de faire dans un cadre donné. » (Dahan et Magematin, 2010)

Photographie : zen, certains droits réservés (Creative Commons)

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Art, anthropologie et corps : la réflexivité du chercheur… et celle du clown.

Ce billet fait suite à la séance organisée par Philippe Hert dans le cadre du laboratoire Junior, le 6 décembre 2012 : « La présence corporelle du chercheur sur le terrain ».

Il a initialement été publié sur les Espaces Réflexifs, le 14 février 2012.

Mes recherches récentes portent sur la dimension communicationnelle de l’enquête de terrain telle qu’elle est pratiquée en particulier en anthropologie. Après avoir fait du terrain dans les laboratoires de sciences, j’explore à présent ce qu’implique de faire un travail de terrain, et notamment quelle y est la place du corps du chercheur. Je pense qu’il y a des formes de réflexivités qui émergent sur le terrain qui passent par le corps, et j’aimerais essayer de le préciser dans ce billet.

Je vais faire un parallèle avec un autre champ de pratique ou le corps prend une place importante, à savoir le spectacle vivant. Pourquoi ce parallèle ? Il peut sembler assez inapproprié. La démarche scientifique n’a en effet pas grand chose à faire avec la démarche artistique, et on pourrait facilement me critiquer sur ce type de rapprochement. En fait, je ne cherche pas à raisonner sur les liens qui pourraient exister entre art et sciences. Je voudrais simplement partir d’une entrée pratique sur deux types d’activités qui ne semblent pas avoir grand rapport entre eux, mais qui tous deux convoquent une prise en compte d’une situation vécue. Tout du moins, c’est le fil conducteur que je vous propose ici. Continuer la lecture de Art, anthropologie et corps : la réflexivité du chercheur… et celle du clown.

Identité : quelques réflexions du point de vue biologique.

      Lors de la séance portant sur l’identité du 6 mars 2012, beaucoup de notions ont été associées à l’identité. En biologie, le concept d’identité est utilisé mais l’identité n’a pas de définition unifiée pour toute la biologie et selon le domaine que l’on considère, l’identité n’a pas la même définition et donc les mêmes propriétés. Voici donc quelques considérations sur l’identité en biologie qui peuvent ouvrir quelques pistes de réflexion.

Biologie moléculaire : identité de séquence.

La biologie moléculaire, s’intéresse comme sont nom l’indique aux molécules et plus particulièrement à celles construites comme une répétition de briques élémentaires telles que l’ADN (répétions des lettres A, T, G et C) ou les protéines (répétition d’acides-aminés dont il n’est pas question ici de faire la liste) à la manière des lettres dans une phrase. Lorsque l’on compare deux séquences ; le même gène dans deux espèces différentes, ou deux protéines similaire dans une même espèce, l’identité est le nombre de caractère identiques partagés par deux séquences. Le nombre de lettre identiques à la même place dans une phrase. Cette identité est exprimée en pourcentage. Continuer la lecture de Identité : quelques réflexions du point de vue biologique.