Pour présenter notre recherche : un aperçu de l’évolution des séances

Puisqu’aucun d’entre nous ne connaît a priori les tenants et les aboutissants de notre travail interdisciplinaire, la forme de nos ateliers est elle aussi expérimentale.

Plutôt que de suivre une méthode prédéterminée, nous avons donc mis peu à peu en place une manière de se rencontrer ; et – comme il se doit – l’histoire de cette évolution commence par un relatif échec.

Comme séance introductive : un échange à bâtons rompus

Pour être conviviale plutôt que solennelle, la séance inaugurale proposait un échange libre sur la conception de l’objet « vie » que nous mobilisions respectivement dans nos disciplines. Bien que fort intéressante et stimulante, cette première séance a ouvert des questions, mis en évidence des enjeux « à vif » mais n’a pu construire positivement de terrain commun pour une discussion constructive et méthodique.

Si cette « formule » n’a pas pu être retenue pour être généralisée, c’est qu’une telle première approche, lancée à titre d’essai, nous paraît maintenant lourde de présupposés :

  • on a cru partager d’emblée, sous le thème « vie », un même « objet », un même concept, des problématiques et des préoccupations analogues ;
  • on a cru qu’il suffisait d’un effort de bonne volonté individuelle pour rendre commensurables nos démarches et nos discours : simplement élargir le champ de nos problématiques
  • la question était mal posée : elle supposait d’emblée un recul réflexif, alors que nous étions engagés dans nos pratiques déterminées. On a cru que ce déplacement de point de vue pouvait se faire individuellement, en répondant spontanément à la question ;
  • enfin, la manière de répondre était inadaptée : pris au dépourvu, on a eu tendance à donner un avis personnel « en général », sans s’être donné les moyens de s’appuyer sur nos compétences – disciplinaires – respectives.

Or il nous semble qu’à partir d’une progressive prise de conscience collective de ces biais, il s’est esquissé un double mouvement au fil des séances : dans un sens l’auto-critique réflexive (initiée par une séance dédiée) a été l’occasion de discuter notre manière de discuter ; puis dans l’autre sens nos nouvelles habitudes de discussion sont de plus en plus l’occasion réitérée de revenir ensemble et soi-même sur nos façons biaisées de poser les problèmes.

Continuer la lecture de Pour présenter notre recherche : un aperçu de l’évolution des séances

La lettre du labo # 1

Archive – Lettre du 13 septembre 2009, envoyée par Julie Henry et Baptiste Morizot

Sommaire :

Ø                Petit historique du labo

Ø                Le site internet

Ø                Le journal du labo

Ø                Les prochains évenements

Petit historique du labo

L’être vivant qu’est l’homme :

Le Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant » a été créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot. Il rassemble des membres venus de philosophie, de biologie, de pratiques artistiques, d’histoire, de géographie autour d’une question commune : qu’implique le fait, pour l’homme, d’être d’abord un être vivant ?

Pour aborder cette question, nous avons souhaité reprendre à notre compte le projet d’une biologie philosophique proposé par Hans Jonas dans Le Phénomène de la vie (1966). Il s’agit ainsi d’une tentative de penser l’humain à partir d’une « interprétation existentielle des faits biologiques ». L’enjeu consisterait alors à tenir compte de l’enracinement dans l’existence organique de ce qui est présenté comme le propre de l’homme (raison, culture…), tout en interrogeant la dimension existentielle des découvertes biologiques les plus récentes.

Comprendre l’homme d’abord comme un être vivant, ce serait parvenir à le penser tout à la fois :

  • selon une perspective généalogique, à la lumière de la théorie synthétique de l’évolution (évolution neutre, exaptation, équilibres ponctués)
  • selon une perspective éthique, à l’aune d’une anthropologie philosophique de l’homme vivant, qui permettre de passer d’une morale des valeurs à une éthique de la vie.
  • selon une perspective expérimentale et reprise réflexivement, comme acteur de recherches sur le vivant, se pensant lui-même dans cette activité
  • selon une perspective éthologique, comme un organisme en relation avec son milieu par le biais de diverses pratiques de vie, et notamment les pratiques artistique

Continuer la lecture de La lettre du labo # 1