Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Continuer la lecture de Méthodes métisses pour concepts nomades

Présentation du laboratoire junior EHVI

La structure du laboratoire Junior

A l’ENS de Lyon, un laboratoire junior de recherche est une initiative engagée par des étudiants en master 2 ou titulaires d’une agrégation, qui réunit des élèves, répondant aux critères suivants : avoir moins de 30 ans, n’appartenir ni au corps des enseignants-chercheurs, ni à celui d’un des organismes de recherche.

Un tel projet est conçu avant tout une initiative de recherche, devant déboucher sur une publication ou un colloque.

Les laboratoires juniors sont créés pour une durée de deux ans, renouvelable sur présentation  d’un rapport complet d’activité.

Le laboratoire EHVI

Le laboratoire EHVI, « Enquête sur l’Homme vivant », créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot, réunis des membres de divers horizons : doctorants-moniteurs ou étudiants en première et seconde année de master de philosophie, en biologie, en études théâtrales, en sciences de l’information et de la communication, en histoire, ou encore en sciences politiques.

Fonctionnement

Les membres du laboratoire junior de recherche se réunissent environ deux fois par mois sur des thématiques et des formats de séances qui sont changeants. Chaque rencontre est initiée sur l’initiative de deux à quatre membres du laboratoire qui propose aux autres membres un point de départ pour une réflexion collective. Ces séances sont autant que possible ouvertes à tous les participants intéressés.

Axes de recherche du laboratoire

Enquête sur l’homme vivant

Nous souhaiterions ouvrir un carnet de bord d’une recherche collective en cours, qui s’effectue actuellement, et depuis décembre 2009, dans le cadre du laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant » de l’ENS de Lyon.
http://ehvi.ens-lyon.fr/

Ce labo­ra­toire de recher­che a été créé autour d’une ques­tion fon­da­men­tale : qu’impli­que le fait, pour l’homme, d’être d’abord un être vivant ? Pour abor­der cette ques­tion, nous avons sou­haité repren­dre à notre compte le projet d’une bio­lo­gie phi­lo­so­phi­que pro­posé par Hans Jonas dans Le Phénomène de la vie (1966). Il s’agit ainsi d’une ten­ta­tive de penser l’humain à partir d’une « inter­pré­ta­tion exis­ten­tielle des faits bio­lo­gi­ques ». L’enjeu consis­te­rait alors à tenir compte de l’enra­ci­ne­ment dans l’exis­tence orga­ni­que de ce qui est pré­senté comme le propre de l’homme (raison, culture…), tout en inter­ro­geant la dimen­sion exis­ten­tielle des décou­ver­tes bio­lo­gi­ques les plus récen­tes.

Comprendre l’homme d’abord comme un être vivant, ce serait par­ve­nir à le penser tout à la fois :

* selon une perspective généalogique, à la lumière de la théorie synthétique de l’évolution (évolution neutre, exaptation, équilibres ponctués)

* selon une perspective expérimentale et reprise réflexivement, comme acteur de recherches sur le vivant, se pensant lui-même dans cette activité

* selon une perspective éthologique, comme un organisme en relation avec son milieu par le biais de diverses pratiques de vie, et notamment les pratiques artistiques

* selon une perspective éthique, à l’aune d’une anthropologie philosophique de l’homme vivant, qui permettre de passer d’une morale des valeurs à une éthique de la vie.

Ce tra­vail de recher­che nous a semble requé­rir une pensée trans­dis­ci­pli­naire, qui arti­cu­le­rait les phé­no­mè­nes humains à leur ancrage vivant, en met­tant ainsi en lumière tout à la fois leur filia­tion bio­lo­gi­que et leur spé­ci­fi­cité dans le règne du vivant. Il s’agit donc pour nous de faire dia­lo­guer dans cette réflexion les pers­pec­ti­ves de la phi­lo­so­phie, de la bio­lo­gie, de la méde­cine, de l’éthologie, des scien­ces humai­nes, de même que celles des pra­ti­ques et dis­cours artis­ti­ques qui met­tent le corps vivant en ques­tion.

Nous tenons ainsi à ce que chacun puisse inter­ve­nir à partir des com­pé­ten­ces et des métho­des qui lui sont pro­pres, tout en veillant à les par­ta­ger et à les réin­ter­ro­ger à partir des pers­pec­ti­ves qui lui sont pro­po­sées par les autres mem­bres. Cela nous permet ainsi de mettre en place des séan­ces de réflexion réu­nis­sant des cher­cheurs de dis­ci­pli­nes dif­fé­ren­tes autour d’objets fron­tiè­res, tels que le corps vivant, les ryth­mes de vie, le hasard, le vivant et son milieu, les homi­ni­sa­tions, ou encore l’incor­po­ra­tion de la culture.

Axes de recherche :

* Vers une biologie philosophique
* Sciences humaines et sciences biologiques
* Pratiques de vie et pratiques artistiques
* Vers une bioéthique repensée
* Méthodes métisses pour concepts nomades
* Médiation philosophique et culturelle et vulgarisation scientifique

Membres du laboratoire junior :

# Julie Henry : Doctorante au CERPHI, Allocataire-monitrice de Philosophie à l’ENS de Lyon
# Baptiste Morizot : Doctorant au CERPHI, Allocataire-moniteur de Philosophie à l’ENS de Lyon
# Fabrice Besnard : Doctorant de Biologie du Développement à l’ENS de Lyon
# Nicolas Boichard : Master 1 de Biologie à l’ENS de Lyon
# Aurélien Cohen : Master 2 d’Etudes théâtrales à l’ENS de Lyon
# Vincent Dolisi : Ancien élève de l’ENS-LSH, agrégé de Philosophie
# Barthélemy Durrive : Master 2 de Philosophie à l’ENS de Lyon
# Mélodie Faury : Doctorante C2So – Moniteur ENS de Lyon
# Aurélien Gros : Doctorant en Histoire à l’EHESS
# Clara Hédouin : Master 2 d’Etudes théâtrales à l’ENS de Lyon
# Guillaume Holzer : Master 1 de Biologie à l’ENS de Lyon
# Florence Kermen : Doctorante en Neurosciences à l’Université Claude Bernard (Lyon 1)
# Christopher Lapierre : Agrégé de Philosophie, doctorant
# René-François Mairesse :Agrégé d’Education Musicale, doctorant en Philosophie (Esthétique)
# Arnaud Martin :Doctorant en Evolution/Développement à l’Université de Californie (Irvine)
# Fanny Morizot : Docteur vétérinaire
# Flaminia Paddeu : Master 2 de Géographie à l’ENS de Lyon
# Thibaut Rioufreyt : Doctorant en Sciences Politiques à l’ENS de Lyon et à l’IEP de Lyon