Retour sur : « Perception/imagination active : le labo junior EHVI hors les murs »

Extrait de l’annonce de la rencontre :

« Vivianne Balsiger en compagnie d’autres acolytes, invite le Labo junior – et tous ceux qui s’y adjoignent ponctuellement – à mener leur rencontre à ramdam* – lieu d’accueil et de recherches artistiques, où elle réalise actuellement sa création – Foreign Lands.
Une rencontre qui poursuivra et déplacera à sa manière les questionnements abordés lors des rencontres précédentes autour de la perception, de l’illusion et de l’imagination face cette matière qui ne va pas tout à fait de soi : le réel qui, de plus, nous est donné à vivre par le corps et l’esprit. »

Présentation de la séance (pdf)

Samedi dernier, Vivianne Balsinger et Mary Chebbah nous ont chaleureusement accueillis à ramdam, lieu de résidence d’artistes. Nous étions une dizaine à nous prêter au jeu de l’éveil mais aussi de la perturbation de nos perceptions corporelles.

Continuer la lecture de Retour sur : « Perception/imagination active : le labo junior EHVI hors les murs »

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

        Compte-rendu de la séance animée par Philippe Hert, le 6 décembre 2011

À partir d’une réflexion en cours autour de sa recherche en ethnologie, Philippe Hert nous a sensibilisé à un paradoxe dans lequel se trouve le chercheur de terrain en sciences humaines : pris tout entier dans la situation qu’il étudie en interaction, le chercheur n’échappe pas à un engagement de ses affects vis-à-vis des individus et des groupes avec qui – pourtant – il est dans une relation d’étude scientifique, c’est-à-dire la plus objective possible.
Qu’ils « orientent » son observation ou qu’ils transforment l’activité des populations étudiées, ces affects ont en quelque sorte l’effet de biais structurels – car le chercheur est nécessairement là avec son corps. Comment gérer un tel paradoxe ?

Continuer la lecture de Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

Retour sur – Mon corps : une machine sans mode d’emploi ?

Par Serge Duperret

La séance du 18 octobre 2011 avait pour thème « L’homme est-il une machine ? ». Nous avons essayé grâce aux figures distribuées de défendre une position que nous n’aurions pas défendue spontanément. Si le début de la réunion a vu les participants respecter la méthode, le « naturel » nous a tous rattrapé et nous sommes retombés dans notre travers qui est celui de convaincre, être performatif. Cette expérience à été néanmoins très enrichissante car ce sujet est toujours d’actualité et nous a placé par exemple sur d’autres trajectoires à venir, comme la responsabilité. Il me semble que le sujet n’est pas épuisé et qu’il mériterait un prolongement. Notamment, pourquoi nous posons-nous toujours cette question ? Pourquoi nous passionne-t-elle encore ? Peut-on faire l’impasse du questionnement psychanalytique sur ce fantasme de pouvoir devenir ou être une machine. Est-ce une facilité pour expliquer le vivant et, de là, prétendre le comprendre, alors que, comme le dit Lacan, expliquer n’est pas comprendre ? Enfin, telle qu’elle s’est déroulée, cette séance nous a permis d’expérimenter qu’avec l’homme, rien ne se déroule comme prévu, on est donc loin d’un déroulement machinal.

Continuer la lecture de Retour sur – Mon corps : une machine sans mode d’emploi ?

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

« Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)

Plus interdisciplinaire que jamais, l’équipe du Labo Junior s’est réunie le 16 février pour revenir ensemble sur les idées essentielles de la conférence « Un nouveau paradigme biologique : l’ontophylogenèse » donnée par Jean-Jacques Kupiec, fin mai 2010. Il s’agissait de mettre en perspective ces thèses novatrices, afin d’en comprendre un peu mieux les enjeux.  A titre de proposition, voici un compte-rendu de la discussion qui tente de synthétiser les différents problèmes  qu’on y a envisagés. Vos commentaires, bienvenus autant qu’attendus, serviront à rectifier et améliorer ce résumé pour proposer aux intervenants du colloque de l’automne un sujet de discussion croisée.

  1. le « déterminisme génétique » (et ses implications) est critiqué par une interprétation probabiliste de la causalité biologique

    La remise en cause du concept de « programme génétique »  (et plus précisément de la « stéréo-spécificité » des protéines, c’est-à-dire la prédétermination de leur partenaire d’interaction) propose une alternative à la nécessité mécanique d’ « expression » des gènes, de détermination stricte de notre phénotype (morphologie, physiologie voire comportement) par la traduction de notre génotype (information génétique). Plus radicale que la perspective épigénétique (étude de l’impact des facteurs environnementaux qui trient ou conditionnent l’expression de certains gènes – expression qui n’est donc plus systématique), la thèse de J.-J. Kupiec est la suivante : l’expression des gènes est aléatoire, car les partenaires d’interaction des protéines (pour lesquelles ils codent) ne sont pas prédéfinis ; les possibilités d’interactions sont donc très nombreuses, et la grande régularité des phénomènes biologiques (condition de viabilité des organisme) s’explique par une contrainte physique (la compartimentation spatio-temporelle dans la cellule, qui dessine des « voies de signalisation ») venant trier les possibilités combinatoires. Le fonctionnement organique ne repose donc pas sur des lois mais seulement sur une régularité probabiliste : puisque la structure cellulaire est phénotypique, elle est elle-même la résultante de la sélection naturelle, si bien que – finalement – tout ce que l’on a cru déterminé n’est en fait que fortement sélectionné. Si « tout est possible », dans l’ordre  du vivant, seules certaines voies de développement sont quasi-exclusivement probables. Si, comme on le sait, tous les phénomènes organiques reposent sur des interactions au niveau moléculaire, on avance alors que la régularité même constitutive de ces « phénomènes biologiques » surgit en termes proprement statistiques des interactions aléatoires.
    A travers deux exemples (l’apoptose et le cancer du colon), on a tenté de comparer les explications que donneraient les perspectives ultra-généticienne et ultra-darwinienne : or, le fonctionnement décrit reste inchangé, seule l’interprétation de la causalité (prédétermination ou tendance atavique) diffère. L’enjeu d’une telle nuance nous a pourtant semblé de taille : elle montre la nécessité de privilégier au maximum la prise en compte des facteurs environnementaux dans le développement et le fonctionnement organique en général.
    Continuer la lecture de « Le hasard et l’ordre du vivant » (autour des thèses de Jean-Jacques Kupiec)