Retour sur « L’ontophylogénèse : un nouveau paradigme ? »

Afin de préparer la séance du labo Junior qui aura lieu le mercredi 16 février, nous vous proposons de vous replonger dans la conférence donnée par Jean-Jacques Kupiec, le 27 mai 2010 (ENS de Lyon, site Monod)

Retrouver la transcription de son intervention sur le site internet du laboratoire.

Spécialiste de bio­lo­gie molé­cu­laire, de phi­lo­so­phie de la bio­lo­gie et épistémologue, ses recher­ches l’amè­nent à cons­truire une nou­velle théo­rie de l’orga­ni­sa­tion bio­lo­gi­que met­tant en crise le déter­mi­nisme géné­ti­que et la phi­lo­so­phie de l’espèce. Il réa­lise des modé­li­sa­tions de com­por­te­ment de cel­lu­les riva­les dans leur accès aux res­sour­ces (dont la lutte peut, par exem­ple, se mani­fes­ter à l’échelle macro­sco­pi­que par la for­ma­tion d’un muscle ou d’un os). Pour lui l’onto­ge­nèse (le déve­lop­pe­ment d’un orga­nisme indi­vi­duel) et la phy­lo­ge­nèse (l’évolution des espè­ces) ne for­ment qu’un pro­ces­sus unique. Il déve­loppe le concept d’onto­phy­lo­ge­nèse, c’est-à-dire un dar­wi­nisme cel­lu­laire qui vient résou­dre les contra­dic­tions du déter­mi­nisme géné­ti­que (l’ordre dans le vivant par les molé­cu­les) d’une part et du holisme (l’ordre par le tout).

Enregistrement de la confé­rence

* Première partie


* Deuxième partie


* Troisième partie


* Quatrième partie


« Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Le 29 mars 2010, toute l’équipe du Labo Junior s’est réunie pour une séance un peu particulière, puisqu’il s’agissait en quelque sorte de se prêter à une expérimentation.

Au départ, le principe en était relativement simple : puisque nous avions du mal à discuter – chaque membre discutant le sujet en général mais en restant prisonnier du point de vue propre à sa formation/discipline particulière – que se passerait-il si nous réfléchissions tous ensemble mais de manière à ce que chacun questionne sa propre façon de poser les problèmes ?

La forme « expérimentale » signifiait donc d’abord une tentative ; c’était pourtant plus que cela : pour amener chacun à la démarche réflexive de traquer ses biais disciplinaires (paradigmes, méthodes, préoccupations…), le mieux nous paraissait de tenter de faire vivre (en direct et ensemble) l’expérience – bien connue de tous – où l’on « sent le sol se dérober sous ses pieds » lorsque nos habitudes de penser se révèlent n’être que des fausses évidences. Cette séance reposait donc sur une expérience en un second sens – celui du vécu ressenti par chacun mais en commun, et finalement partagé.

Mais il y a plus : cette séance était « expérimentale » en ce troisième sens qu’on s’y est proposé de mettre une hypothèse à l’épreuve des faits – de tester une intuition. Si en effet (comme nous le pensions) nos difficultés à échanger tenaient à ce que nos formations disciplinaires respectives créaient d’emblée une incommensurabilité entre nos niveaux de questionnements, nos axes problématiques ou nos paradigmes interprétatifs – alors les « présentations » rendant possible toutes les rencontres ne devraient-elles pas ici porter précisément sur les points de vue d’où chacun part et parle ?

Continuer la lecture de « Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… Modèles, fonctions, normes »

Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Un colloque interdisciplinaire

Les 2 et 3 décembre 2010 était organisé à Lyon 3 un colloque interdisciplinaire intitulé « La vieillesse : enjeux, pratiques et représentations ». Le programme de ce colloque, élaboré par Sarah Carvallo (Ecole Centrale de Lyon) et Elodie Giroux (Lyon 3), avait pour ambition de faire dialoguer des praticiens et chercheurs venus de différentes disciplines, autour de quatre thématiques : connaître et comprendre / agir / dire et représenter / bien vieillir. Ont ainsi été invités à discuter ensemble des gériatres, des sociologues, des philosophes, des juristes, des psychologues et des praticiens hospitaliers.

Le choix dans l’enchaînement des interventions pouvait parfois surprendre, voire laisser dubitatif dans un premier temps, avant de saisir dans le coeur même du dialogue les rapprochements féconds qui pouvaient s’intaurer entre des réflexions au premier abord fort éloignées. Actuellement en thèse sur l’éthique spinoziste au CERPHI (centre d’études sur la rhétorique, la philosophie et l’histoire des idées de la Renaissance aux Lumières), je suis intervenue sur « Le vieux et le sage » aux côtés de Pierre Krolak Salmon, neurologue en gériatrie et chercheur en dynamique sociale et cognition au Centre Lyon Neurosciences.

Continuer la lecture de Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Pour présenter notre recherche : un aperçu de l’évolution des séances

Puisqu’aucun d’entre nous ne connaît a priori les tenants et les aboutissants de notre travail interdisciplinaire, la forme de nos ateliers est elle aussi expérimentale.

Plutôt que de suivre une méthode prédéterminée, nous avons donc mis peu à peu en place une manière de se rencontrer ; et – comme il se doit – l’histoire de cette évolution commence par un relatif échec.

Comme séance introductive : un échange à bâtons rompus

Pour être conviviale plutôt que solennelle, la séance inaugurale proposait un échange libre sur la conception de l’objet « vie » que nous mobilisions respectivement dans nos disciplines. Bien que fort intéressante et stimulante, cette première séance a ouvert des questions, mis en évidence des enjeux « à vif » mais n’a pu construire positivement de terrain commun pour une discussion constructive et méthodique.

Si cette « formule » n’a pas pu être retenue pour être généralisée, c’est qu’une telle première approche, lancée à titre d’essai, nous paraît maintenant lourde de présupposés :

  • on a cru partager d’emblée, sous le thème « vie », un même « objet », un même concept, des problématiques et des préoccupations analogues ;
  • on a cru qu’il suffisait d’un effort de bonne volonté individuelle pour rendre commensurables nos démarches et nos discours : simplement élargir le champ de nos problématiques
  • la question était mal posée : elle supposait d’emblée un recul réflexif, alors que nous étions engagés dans nos pratiques déterminées. On a cru que ce déplacement de point de vue pouvait se faire individuellement, en répondant spontanément à la question ;
  • enfin, la manière de répondre était inadaptée : pris au dépourvu, on a eu tendance à donner un avis personnel « en général », sans s’être donné les moyens de s’appuyer sur nos compétences – disciplinaires – respectives.

Or il nous semble qu’à partir d’une progressive prise de conscience collective de ces biais, il s’est esquissé un double mouvement au fil des séances : dans un sens l’auto-critique réflexive (initiée par une séance dédiée) a été l’occasion de discuter notre manière de discuter ; puis dans l’autre sens nos nouvelles habitudes de discussion sont de plus en plus l’occasion réitérée de revenir ensemble et soi-même sur nos façons biaisées de poser les problèmes.

Continuer la lecture de Pour présenter notre recherche : un aperçu de l’évolution des séances