Hasard et ordres dans le vivant : déterminismes, devenir, individu

Mercredi 23 novembre

Organisé par Julie Henry et le laboratoire junior EHVI

3ème journée du Colloque international « Chance at the heart of the cell »

21-23 november 2011 –Lyon – France

Présentation

Axes proposés

Programme
Intervenants : Anne CAMBON-THOMSEN, Serge DUPERRET, Giuseppe LONGO, Michel MORANGE, Jérôme ROSANVALLON, Charles WOLFE

Résumés des interventions

Continuer la lecture de Hasard et ordres dans le vivant : déterminismes, devenir, individu

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

La Lettre du labo #2

Lettre du 31 janvier 2011, envoyée par Julie Henry et Baptiste Morizot

SOMMAIRE :

Continuer la lecture de La Lettre du labo #2

Retour sur « L’ontophylogénèse : un nouveau paradigme ? »

Afin de préparer la séance du labo Junior qui aura lieu le mercredi 16 février, nous vous proposons de vous replonger dans la conférence donnée par Jean-Jacques Kupiec, le 27 mai 2010 (ENS de Lyon, site Monod)

Retrouver la transcription de son intervention sur le site internet du laboratoire.

Spécialiste de bio­lo­gie molé­cu­laire, de phi­lo­so­phie de la bio­lo­gie et épistémologue, ses recher­ches l’amè­nent à cons­truire une nou­velle théo­rie de l’orga­ni­sa­tion bio­lo­gi­que met­tant en crise le déter­mi­nisme géné­ti­que et la phi­lo­so­phie de l’espèce. Il réa­lise des modé­li­sa­tions de com­por­te­ment de cel­lu­les riva­les dans leur accès aux res­sour­ces (dont la lutte peut, par exem­ple, se mani­fes­ter à l’échelle macro­sco­pi­que par la for­ma­tion d’un muscle ou d’un os). Pour lui l’onto­ge­nèse (le déve­lop­pe­ment d’un orga­nisme indi­vi­duel) et la phy­lo­ge­nèse (l’évolution des espè­ces) ne for­ment qu’un pro­ces­sus unique. Il déve­loppe le concept d’onto­phy­lo­ge­nèse, c’est-à-dire un dar­wi­nisme cel­lu­laire qui vient résou­dre les contra­dic­tions du déter­mi­nisme géné­ti­que (l’ordre dans le vivant par les molé­cu­les) d’une part et du holisme (l’ordre par le tout).

Enregistrement de la confé­rence

* Première partie


* Deuxième partie


* Troisième partie


* Quatrième partie


La lettre du labo # 1

Archive – Lettre du 13 septembre 2009, envoyée par Julie Henry et Baptiste Morizot

Sommaire :

Ø                Petit historique du labo

Ø                Le site internet

Ø                Le journal du labo

Ø                Les prochains évenements

Petit historique du labo

L’être vivant qu’est l’homme :

Le Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant » a été créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot. Il rassemble des membres venus de philosophie, de biologie, de pratiques artistiques, d’histoire, de géographie autour d’une question commune : qu’implique le fait, pour l’homme, d’être d’abord un être vivant ?

Pour aborder cette question, nous avons souhaité reprendre à notre compte le projet d’une biologie philosophique proposé par Hans Jonas dans Le Phénomène de la vie (1966). Il s’agit ainsi d’une tentative de penser l’humain à partir d’une « interprétation existentielle des faits biologiques ». L’enjeu consisterait alors à tenir compte de l’enracinement dans l’existence organique de ce qui est présenté comme le propre de l’homme (raison, culture…), tout en interrogeant la dimension existentielle des découvertes biologiques les plus récentes.

Comprendre l’homme d’abord comme un être vivant, ce serait parvenir à le penser tout à la fois :

  • selon une perspective généalogique, à la lumière de la théorie synthétique de l’évolution (évolution neutre, exaptation, équilibres ponctués)
  • selon une perspective éthique, à l’aune d’une anthropologie philosophique de l’homme vivant, qui permettre de passer d’une morale des valeurs à une éthique de la vie.
  • selon une perspective expérimentale et reprise réflexivement, comme acteur de recherches sur le vivant, se pensant lui-même dans cette activité
  • selon une perspective éthologique, comme un organisme en relation avec son milieu par le biais de diverses pratiques de vie, et notamment les pratiques artistique

Continuer la lecture de La lettre du labo # 1