Pour présenter notre recherche : un aperçu de l’évolution des séances

Puisqu’aucun d’entre nous ne connaît a priori les tenants et les aboutissants de notre travail interdisciplinaire, la forme de nos ateliers est elle aussi expérimentale.

Plutôt que de suivre une méthode prédéterminée, nous avons donc mis peu à peu en place une manière de se rencontrer ; et – comme il se doit – l’histoire de cette évolution commence par un relatif échec.

Comme séance introductive : un échange à bâtons rompus

Pour être conviviale plutôt que solennelle, la séance inaugurale proposait un échange libre sur la conception de l’objet « vie » que nous mobilisions respectivement dans nos disciplines. Bien que fort intéressante et stimulante, cette première séance a ouvert des questions, mis en évidence des enjeux « à vif » mais n’a pu construire positivement de terrain commun pour une discussion constructive et méthodique.

Si cette « formule » n’a pas pu être retenue pour être généralisée, c’est qu’une telle première approche, lancée à titre d’essai, nous paraît maintenant lourde de présupposés :

  • on a cru partager d’emblée, sous le thème « vie », un même « objet », un même concept, des problématiques et des préoccupations analogues ;
  • on a cru qu’il suffisait d’un effort de bonne volonté individuelle pour rendre commensurables nos démarches et nos discours : simplement élargir le champ de nos problématiques
  • la question était mal posée : elle supposait d’emblée un recul réflexif, alors que nous étions engagés dans nos pratiques déterminées. On a cru que ce déplacement de point de vue pouvait se faire individuellement, en répondant spontanément à la question ;
  • enfin, la manière de répondre était inadaptée : pris au dépourvu, on a eu tendance à donner un avis personnel « en général », sans s’être donné les moyens de s’appuyer sur nos compétences – disciplinaires – respectives.

Or il nous semble qu’à partir d’une progressive prise de conscience collective de ces biais, il s’est esquissé un double mouvement au fil des séances : dans un sens l’auto-critique réflexive (initiée par une séance dédiée) a été l’occasion de discuter notre manière de discuter ; puis dans l’autre sens nos nouvelles habitudes de discussion sont de plus en plus l’occasion réitérée de revenir ensemble et soi-même sur nos façons biaisées de poser les problèmes.

Premier mouvement : tirer de la démarche réflexive une certaine manière de discuter au travers de nos formations disciplinaire

Une mise en chantier méthodologique : la réflexivité comme objet de séance

La séance proprement méthodologique, centrée sur la démarche réflexive fait l’objet de plusieurs billets ; elle a par ailleurs fait l’objet d’une communication au colloque sur la réflexivité dans les sciences humaines des 1-2 décembre 2010 à Limoges (cf. billet dédié). La séance a essentiellement consisté en une expérimentation collective sur les présupposés impliqués dans et par l’usage de nos outils intellectuels – concepts, modèles, etc.

On voudrait surtout montrer qu’en un sens, même si ce n’est pas réellement lié à ce travail lui-même, la réflexivité semble progressivement « avoir pris », favorisant du même coup un dialogue constructif et homogène au fil des séances.

Les conditions et la signification d’un transfert de concept de la biologie aux sciences humaines : une tentative d’exaptation du concept d’exaptation

Comprendre comment (et dans quelles limites) le concept biologique d’exaptation proposé par Stephen Jay Gould peut être transposé en sciences sociales et sciences politiques a fait porter toute notre attention sur les modalités spécifiques de questionnement et de conceptualisation dans ces disciplines. Plus encore, nous avons par là été amené à comparer les manières dont biologie et sciences humaines construisaient et résolvaient leurs problèmes respectifs.

Questionner la question du « propre de l’homme » : une séance sur la conscience du point de vue biologique

La présentation critique d’expérimentations éthologiques sur la conscience de soi chez l’animal nous a fait ainsi aller plus avant dans la réflexivité : qu’est-ce qu’une science comme la biologie a à dire sur la conscience, c’est-à-dire comment la constitue-t-elle en objet de connaissance ?

Une séance pour présenter ce qu’est – et ce qu’étudie – la biologie théorique

L’exposé d’un doctorant en biologie théorique a donné l’occasion d’échanger autour du concept d’« information » et de la signification de son utilisation transversale depuis l’économie jusqu’à la biologie ; aborder, à cette occasion, la question des conditions de pertinence d’un raccourci anthropomorphique dans l’interprétation des problèmes, nous a enfin permis de se demander jusqu’à quel point l’extrapolation de conclusions biologiques était légitimes quant à la vie spécifiquement humaine.

Ces trois dernières séances nous semblent avoir tiré de la démarche réflexive une certaine manière de discuter au travers de nos formations disciplinaire et en prenant à chaque fois appui sur elles : elles sont comme autant de « regards croisés » interrogatifs où nous avons tenté d’étudier des concepts transversaux à partir d’objets exclusivement biologiques ou philosophiques, en se demandant à chaque fois « qu’est-ce que cette discipline a spécifiquement à dire de cet objet et de la réalité qu’il rend intelligible ? » et inversement « qu’est-ce que ce discours (ou ce concept objectif) vient dire de telle autre démarche dans laquelle on pourrait le projeter, à certaines conditions ? ».

Mais l’évolution de notre discussion semble avoir encore pris un second tour, inverse du premier, et ainsi très complémentaire : loin d’être données d’emblée, les multiples formes de terrain commun que nous a ouvert cette évolution reviennent, nous semble-t-il, à chaque fois à un même geste réflexif en contexte d’altérité.

Second mouvement : tirer de la démarche réflexive une certaine manière de discuter au travers de nos formations disciplinaire

Sur ce qu’implique un changement de paradigme en biologie : le concept d’ontophylogenèse

La conférence de Jean-Jacques Kupiec autour de l’expression stochastique des gènes et du paradigme de « l’ontophylogenèse » a donné lieu à des considérations épistémologique et méthodologique – et nous a donc fourni un terrain de rencontre commun à nos disciplines.

Pour une interdisciplinarité élargie, au-delà d’un dialogue entre formes de connaissance : les pratiques artistiques

Il est sans doute significatif que nous ayons senti le besoin de nous interroger, réflexivement, sur la place des pratiques artistiques au sein de notre réflexion commune ; et la continuité qui s’est dessinée entre nos préoccupations éthiques ou épistémologiques et les enjeux proprement esthétiques du vivant a en quelque sorte confirmé notre intuition de départ : en tant que vivants, c’est-à-dire en tant que la vie constitue pour nous un problème (qui n’est pas avant tout un problème de connaissance), nous avons quelque chose à en dire, quelque chose de consistant et de profond mais aussi d’informel ou d’in-intelligible à un entendement trop « prévenu ».

Penser et questionner les normes : entre réalité vitale et condition sociale

Enfin, les dernières séances ont été consacrées à une discussion du concept de « norme » dans sa généralité, à la fois « norme biologique » et « norme sociale ». D’abord en faisant en sorte que chacun éclaire son propre vécu des normes à partir de sa spécialité disciplinaire – du concept de norme qu’il mobilise ou de la réalité normative qu’il tente de conceptualiser (un fonctionnement normal, etc.), nous avons « déblayé le terrain » problématique pour la conférence de Pierre Ancet portant sur la perception des corps jugés monstrueux.

« et finalement … » – quelle conclusion tirer d’une évolution en cours ?

La progression qu’on a essayé de dégager ici montre, nous semble-t-il, un tournant de plus en plus réflexif de la discussion : ce n’est sans doute pas un hasard, tant cet effort nous semble faire partie des conditions à réunir pour permettre le dialogue interdisciplinaire. Mais ces conclusions – comme autant de partis pris interprétatifs – devront être l’objet d’un prochain billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *