Appel à contribution pour un ouvrage : « Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres « 

Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres

Une mise à l’épreuve du déterminisme comme du hasard

Argumentaire

L’individu ne se laisse pas facilement saisir. Les disciplines qui s’intéressent à l’individu, d’un point de vue par exemple social, biologique ou philosophique développent des méthodes ou des approches qui nous placent souvent devant un décalage entre une approche dite objective ou rationnelle et la singularité d’un vécu.

Ainsi toute discipline rencontre des difficultés face à cette exigence, dans la mesure où on refuse de la considérer comme insignifiante : rendre compte de façon pertinente et rigoureuse de la singularité comme du devenir de l’individu, sans opposer frontalement ce qui relèverait de l’objectivité ou de la subjectivité.

Si donc on entend par « individu » à la fois un être singulier (formant un tout unique) et le devenir en construction de cet être à travers une existence personnelle, comment rendre compte rationnellement et objectivement de ces deux dimensions sans les réduire, par exemple, à une essence (en philosophie) ou encore à un programme génétique (en biologie) ?

S’appuyant sur une conception restrictive de l’objectivité, une certaine conception de la scientificité, construite notamment par la biologie, revient à considérer comme non pertinent tout ce qui n’est pas absolument objectif. Les méthodes d’observation mises en place laissent de côté tout ce dont on ne peut rendre compte par le biais de données quantitatives et réductibles. Or, cela se traduit par l’impossibilité de prendre en considération l’expérience vitale, y compris celle du chercheur lui-même : considérée comme illusoire, subjective, non significative hors de la vie quotidienne, elle est invitée à rester à la porte du laboratoire. C’est alors l’individualité comme impression d’être un centre actif et de vivre soi-même ses sensations, qui est fondamentalement remise en question.

Par ailleurs, si l’on s’appuie sur des substances et des essences pour rendre compte de ce que sont les individus, comme tend à le faire historiquement la philosophie, on rend difficilement concevables des trajectoires de vie singulières (appropriées par des individus), et non seulement génériques (propres à tous les membres d’une même espèce). Ainsi, lorsqu’elle pense la particularité humaine par le libre arbitre, la philosophie fait de l’homme vivant un sujet anhistorique, toujours déjà donné, sans destinée individuelle. Dès lors, les individus sont tout à la fois conçus comme autonomes (non déterminés par leur environnement) et sans devenir véritable (à savoir sans possibilité d’être co-constitués par les relations intersubjectives qu’ils nouent au cours de leur existence).

Il n’est donc pas question ici d’opposer une discipline à une autre – biologie versus philosophie, ou plus généralement sciences expérimentales versus sciences humaines –, mais plutôt de prendre en compte la difficulté rencontrée par toute discipline pour définir l’individu.

Comment articuler les approches et les méthodes pour dépasser un point de vue déterminé et réducteur, ou un point de vue excluant les trajectoires de vie singulières ? Entre historicité, déterminisme et hasard, les sciences humaines et sociales, la biologie ou la philosophie développent des méthodes, des approches et des modes d’explicitation qui amènent à sortir de l’opposition binaire entre déterminisme et hasard. Il s’agit ainsi de sortir d’une tendance forte à figer les individus en des substances anhistoriques et autonomes, de même que d’interroger une conception trop forte du déterminisme, qui reviendrait à en faire la prédétermination de tout ce qui est encore à venir.

Cet appel à contribution, interdisciplinaire, est une invitation à croiser des perspectives sur la notion d’individu, sur les difficultés qu’elle pose aux différentes disciplines, ainsi que sur les enjeux de sa définition et de l’élaboration de méthodologies rigoureuses pour rendre intelligible l’individualité, en la réinscrivant dans une histoire et un devenir qui la constituent. L’idée est de partir avant tout des remises en question au sein de chaque discipline, de les mettre en regard l’une de l’autre et de les enrichir par un apport réciproque. La démarche interdisciplinaire choisie sera constitutive de l’ouvrage auquel donnera lieu cet appel à contribution, visant à esquisser une définition de l’individu au prisme de ses « trajectoires » (biologiques, existentielles, sociales, éthiques, etc.) : ni substance, ni émergence contingente, mais historicité s’esquissant au fil d’un processus cumulatif, explicable et compréhensible a posteriori mais toujours imprévisible, car en cours de constitution.

Les articles attendus partiront des difficultés rencontrées par diverses approches disciplinaires pour définir et situer l’individu et développeront des propositions méthodologiques et de contenu permettant de dépasser sur ce point l’opposition entre déterminisme et hasard. Il sera porté une attention particulière à la question des enjeux (conceptuels, méthodologiques, éthiques, sociétaux, etcetera) posés par l’idée d’individualité et par l’objectif d’élaboration d’un discours scientifique – en sciences humaines, sociales ou expérimentales – et philosophique sur celle-ci.

Description de l’ouvrage

L’ouvrage « Redéfinir l’individu à la lumière de sa trajectoire et de ses rencontres – Une mise à l’épreuve du déterminisme comme du hasard », édité sous forme numérique aux éditions Matériologiques, sera constitué d’articles proposés dans le cadre du présent appel à communication ainsi que d’articles issus des interventions de deux journées d’étude interdisciplinaires, aux approches symétriques et questionnant de manière transversale la définition de l’individu :

●  « Hasard et ordres dans le vivant : déterminismes, devenir, individu » (Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant : philosophie, biomédecine, pratiques artistiques », INSA, novembre 2011).

Modalités de soumission :

Les articles devront faire de 50 000 à 70 000 signes chacun et sont à adresser aux co-responsables du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant »

Calendrier de publication

25 septembre 2012 : date limite pour l’envoi des propositions (titre, résumé de 10 lignes et bibliographie) ;

entre fin septembre et mi-octobre 2012 : réponse aux propositions

fin décembre : date limite pour l’envoi des textes venant de l’appel à contribution ;

premier trimestre 2013 : relecture des textes, correction, échanges avec les auteurs ;

printemps 2013 : publication.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *