Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain

        Compte-rendu de la séance animée par Philippe Hert, le 6 décembre 2011

À partir d’une réflexion en cours autour de sa recherche en ethnologie, Philippe Hert nous a sensibilisé à un paradoxe dans lequel se trouve le chercheur de terrain en sciences humaines : pris tout entier dans la situation qu’il étudie en interaction, le chercheur n’échappe pas à un engagement de ses affects vis-à-vis des individus et des groupes avec qui – pourtant – il est dans une relation d’étude scientifique, c’est-à-dire la plus objective possible.
Qu’ils « orientent » son observation ou qu’ils transforment l’activité des populations étudiées, ces affects ont en quelque sorte l’effet de biais structurels – car le chercheur est nécessairement là avec son corps. Comment gérer un tel paradoxe ?


Après avoir montré les conséquences que risque toujours d’entraîner une complaisance indifférente vis-à-vis de ce problème – par exemple le cynisme largement inconscient de celui qui prendrait la pose du porte-parole pour mieux s’intégrer dans son terrain d’étude – Philippe Hert soulignait les limites d’une autocensure positiviste. S’en tenir aux faits empêche de rendre la cohérence des interactions effectivement observées – et il serait de toute façon impossible de démêler a priori le fait « pur » (c’est-à-dire prétendu tel) de son interprétation.
Ainsi, c’est entre le double écueil de la méconnaissance et de l’objectivation systématique trop unilatérale (qui trouve, encore une fois, une limite structurelle dans la présence corporelle du chercheur tout à son terrain), Phillipe Hert a proposé à la discussion une alternative originale – sous la forme d’une analogie.

Le danseur, dans sa recherche d’expressivité corporelle, est dans un rapport de représentation de soi à l’autre qui pourrait – en un sens – indiquer la voie au chercheur pour assumer (et peut-être revendiquer) son paradoxe : faisant lui-même partie de son propre objet, le chercheur ethnologue devient très vite observé, lui qui était censé rester l’observateur. Si donc cette présence du corps affectif déforme subjectivement et objectivement l’étude de l’homme par l’homme, peut-être qu’essayer d’en revendiquer la position « en représentation » (d’ailleurs mutuelle, c’est-à-dire en double miroirs) permettrait de rectifier un point de vue qui n’a pourtant rien perdu de son exigence d’objectivité. Prendre conscience de la corporéité ne suffit pas à se libérer des biais qu’elle induit : tout reste à faire, à partir de là, car c’est la manière d’apparaître concrètement à l’autre qui doit changer en conséquence pour que s’améliore la relation de toute façon non-naturelle (c’est-à-dire non-évidente, donc non-anodine) entre observateur et observé.

La piste ouverte par ce changement de perspective sur l’étude de terrain nous a interrogé dans la directions de multiples prolongements possibles : comment l’exploration esthétique du danseur (exploration spatio-temporelle, physiologique, sémiologique …) permet de mieux comprendre les modalités d’une étude incarnée en sciences humaines ? Et comment ces mêmes affects (qu’une reconnaissance du corps permet d’assumer de façon explicite) y joueraient-ils un rôle proprement cognitif ? Que nous apprendraient-ils alors de plus que précisément les témoignages ou les modèles ne rendraient pas de façon suffisamment fidèle ?


3 réflexions au sujet de « Retour sur : La présence corporelle du chercheur sur le terrain »

  1. Le thème de la relation entre la subjectivité et l’objectivité est au centre de la recherche scientifique et sociale, qui enquête sur l’homme lui-même dans ses gestes, dans sa pensée, en sa présence. Quelle est l’objectivité? Est une connaissance universelle dans laquelle le sujet perd son identité propre, mais certains trouve sa reproductibilité? Je pense que cette prospective est indispensable dans un travail de réflexion philosophique sur les mots, les concepts afin de découvrir leur signification et leur origine et la sémantique existentielle. Trouver la racine de la langue est à découvrir son être un geste de relation.

  2. Ce débat n’est pas nouveau, mais effectivement cette piste de l’analogie avec le danseur est originale. Néanmoins je ne suis pas convaincu que sur le fond cette proposition soit un véritable changement de perspective, une nouvelle façon d’aborder le problème, qui n’est autre que le défi d’assumer sa propre subjectivité de chercheur. Plus va, plus il me semble que l’ornière est la façon même de poser le problème : quoiqu’on en dise pour l’atténuer ou l’éviter subjectivité s’opposera irrémédiablement à objectivité.

    Plus va, plus je suis convaincu que cette opposition n’a pas (plus ?) de sens, et n’est qu’un faux débat. Nombreuses sont désormais les démonstrations du mirage de l’objectivité même dans les sciences dites exactes. Et si on abandonnait cet idéal d’objectivité, et que l’on se concentrait sur la rigueur, la rationalité et la transparence des éléments constitutifs d’une recherche ?

    Le texte « Désir épistémologique et émotion scientifique » (http://infusoir.hypotheses.org/2182) de Marie-Anne Paveau (cité dans le commentaire précédent) suscite à cet égard des pistes tout aussi intéressantes…

  3. Merci encore une fois Barthélemy pour ce billet ! Il fait écho à deux autres billets parus aujourd’hui également sur les carnets de recherche La pensée du discours, de Marie-Anne Paveau, et L’Infusoir.
    En voici les adresses :
    * “Désir épistémologique et émotion scientifique”, M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de janvier 2012
    http://infusoir.hypotheses.org/2182
    * “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012
    http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

    Vos commentaires sont bien sûr les bienvenus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *