Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ?

En deux ans d’existence, le Labo Junior a pu expérimenter quelques conditions pratiques à réunir pour que le dialogue interdisciplinaire ait lieu sur la base de nos compétences respectives. A l’occasion de la rédaction du dossier de renouvellement, une question a émergé au milieu des bilans : quelle forme de production scientifique un laboratoire de recherche interdisciplinaire peut-il proposer, en fin de compte ?

La question n’est pas seulement institutionnelle (comment légitimer les entreprises interdisciplinaires si les critères d’évaluation de la recherche se focalisent justement sur l’hyperdisciplinarité des productions ?), elle est d’abord épistémologique ; et si un débat continué est en cours, j’aimerais simplement partager un fil de réflexion sur ce dernier aspect.

Le pari du Labo junior, c’était en quelque sorte de réussir à dire quelque chose de « l’homme vivant » en tant que tel, c’est-à-dire sans le réduire ni à « l’homme » de telle science humaine, ni au « vivant » de la biologie. On s’est vite rendu compte que fondre les approches disciplinaires en présence dans une superdiscipline transversale (type « anthropobiologie ») serait une impasse :

  • il n’est pas sûr que prétendre fixer un paradigme explicatif commun aux sciences exactes et humaines ait beaucoup de sens, surtout quand « l’objet » qu’on se propose d’étudier est justement la spécificité de l’homme ; c’était plutôt la démarche inverse qui nous intéressait : confronter la diversité des paradigmes à une même réalité complexe irréductiblement multidimensionnelle.
  • il n’est pas sûr que la spécificité d’un objet soit livrée par la science qui lui est consacrée ; comme le dit Canguilhem, la possibilité des mathématiques n’est pas un problème de mathématique ; mais plus généralement, le type d’information que l’on cherchait à dégager sur l’homme vivant n’était pas un savoir positif : les considérations de spécificité sont bien plus relatives (à des échelles, à des perspectives, à des valeurs) et c’est cette relativité-là que précisément nous cherchions à circonscrire. Peut-on porter une démarche interprétative dans des coordonnées proprement scientifiques ? – c’est en tout cas l’enjeu du pari.

Bref, relever le défi de l’interdisciplinarité consistait à nos yeux à réunir autour de la table des apprentis-chercheurs en biologie, médecine, géographie, arts et philosophie (entre autres) pour que leurs différences de regard sur une même réalité multidimensionnelle (c’est-à-dire non encore réduite) diffractée en autant d’objets de connaissance, loin d’être complémentaires, relativisent l’objet que chacun prétend connaître, en le replaçant dans la perspective de la multiplicité des objets en lesquels « l’homme vivant » est constitué.

Qu’est-ce à dire, concrètement ? Les pratiques que chacun, dans sa discipline et son travail, a de l’homme vivant donnent à chaque fois lieu à un partage d’expérience où apparaissent aux yeux des autres apprentis-chercheurs des enjeux qui étaient structurellement exclus de l’objet par l’effectivité du paradigme. Si la conscience de ce que signifie le risque de tomber malade, pour un organisme (humain, en l’occurrence) n’aide en rien le biologiste à développer ses modèles explicatifs à l’échelle moléculaire, dès qu’il s’agit – par contre – de prendre du recul en réinscrivant un fonctionnement microscopique dans son contexte organique, cela permet d’apercevoir que la mécanique ne se répète pas linéairement à échelles emboîtées : au niveau de l’interaction avec le milieu, émerge une certaine cohérence qui donne au fonctionnement de l’organisme comme totalité des propriétés de labilité, de robustesse, etc.
Or, précisément, le point de vue qui fait voir la normativité des êtres vivants n’est déjà plus strictement bio-logique ; il est déjà interprétatif.

Donc, si je résume – en empruntant à Nietzsche la nuance entre savoir et connaissance (cf. Vérité et mensonge au sens extra-moral) – notre problème est le suivant :

  • il n’y a de connaissance (au sens, donc, d’un jugement axiologiquement neutre) que scientifique au sens de générée par rupture épistémologique forcément disciplinaire (puisque c’est par elle qu’on découpe et constitue un objet en définissant une méthode)
  • or précisément, ce qui nous intéresse au Labo junior, ce sont des enjeux (« ce que signifie, pour l’homme, d’être d’abord un être vivant »), c’est-à-dire des jugements exprimant des investissements axiologiques : qu’est-ce que vivre malade ? qu’est-ce que réinventer son corps par la danse ? qu’est-ce que la dignité d’un vivant humain ? qu’est-ce qu’on y respecte exactement ?

Si donc – comme nous le soutenons – la démarche du Labo junior est authentiquement de recherche et scientifique quoiqu’interdisciplinaire, cela supposerait qu’on définisse (ce que fait Nietzsche dans l’esprit du perspectivisme) un statut épistémologique clair pour rendre compte d’un savoir interdisciplinaire : structurellement, il n’est pas une connaissance (parce qu’il est en-deçà des constructions paradigmatiques) ; il ne prétend pas à l’objectivité parce que son « objet » (les enjeux d’une réalité irréductiblement multidimensionnelle) perd toute consistance dès que l’on tente de le constituer en « objet de connaissance » ; et pourtant, malgré tout cela, dans la mesure où les synthèses produites par le travail de recherche représentent les enjeux exprimés à la fois fidèlement, radicalement et (en droit, même si c’est impossible) exhaustivement dépassent le discours de sens commun (jusqu’à le contredire lorsque c’est nécessaire), elles constituent des savoirs authentiquement scientifiques – sans pourtant prétendre à être des connaissances, statut réservé aux productions objectives des sciences.

Maintenant, si cela se tient, il reste beaucoup à dire sur les spécificités d’un tel statut épistémologique. La première chose, la plus évidente, c’est qu’un savoir (si donc il existe) ne saurait être autosuffisant. De même que la connaissance n’a aucun sens indépendamment de son paradigme et des présupposés (pratiques, notamment) inclus dans celui-ci, de même un savoir n’aurait aucun sens séparé des disciplines qui ont présidé à sa constitution. En effet, il retomberait sinon dans une opinion commune sans consistance épistémologique : c’est ce qu’implique notre conception d’une interdisciplinarité fondée sur les compétences disciplinaires. Sans l’apport des disciplines (c’est-à-dire tout à la fois de leur perspective paradigmatique et de leur objectivité), les informations qui font la « base » de ce savoir seraient totalement arbitraires – alors que précisément, s’il peut y avoir « savoir » à partir de connaissances, c’est parce que l’objectivité requiert d’être interprétée, et donc qu’inversement une interprétation peut exiger d’elle-même la rigueur des disciplines sur lesquelles elle se fonde.


2 réflexions au sujet de « Quels savoirs l’interdisciplinarité peut-elle produire ? »

  1. Merci Barthélemy, c’est toujours aussi passionnant de te lire, sur cette question, en particulier, au cœur de nos problématiques lors de notre renouvellement en tant que « laboratoire Junior de recherche ». Un laboratoire de recherche étant supposé « produire quelque chose », selon les critères d’évaluation associés au dossier, pour témoigner, voire prouver, son activité scientifique.
    Je serais très intéressée de savoir comment les autres membres du labo se formuleraient à leur tour la réponse à la question suivante : que faisons-nous finalement dans ce laboratoire Junior ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *