Retour sur – Mon corps : une machine sans mode d’emploi ?

Par Serge Duperret

La séance du 18 octobre 2011 avait pour thème « L’homme est-il une machine ? ». Nous avons essayé grâce aux figures distribuées de défendre une position que nous n’aurions pas défendue spontanément. Si le début de la réunion a vu les participants respecter la méthode, le « naturel » nous a tous rattrapé et nous sommes retombés dans notre travers qui est celui de convaincre, être performatif. Cette expérience à été néanmoins très enrichissante car ce sujet est toujours d’actualité et nous a placé par exemple sur d’autres trajectoires à venir, comme la responsabilité. Il me semble que le sujet n’est pas épuisé et qu’il mériterait un prolongement. Notamment, pourquoi nous posons-nous toujours cette question ? Pourquoi nous passionne-t-elle encore ? Peut-on faire l’impasse du questionnement psychanalytique sur ce fantasme de pouvoir devenir ou être une machine. Est-ce une facilité pour expliquer le vivant et, de là, prétendre le comprendre, alors que, comme le dit Lacan, expliquer n’est pas comprendre ? Enfin, telle qu’elle s’est déroulée, cette séance nous a permis d’expérimenter qu’avec l’homme, rien ne se déroule comme prévu, on est donc loin d’un déroulement machinal.

Présentation de la séance proposée par Barthélemy Durrive et Guillaume Holzer

Mardi 18 octobre – Mon corps : une machine sans mode d’emploi ?

Tout le monde sait lever le bras, dirait Wittgenstein, mais personne ne sait comment il le fait – même ceux qui savent comment cela fonctionne.

Biologie et physiologie expliquent le fonctionnement du corps humain de façon objective : la machine a sa logique, c’est-à-dire que toutes ses fonctions – de « la vie organique » à « la vie de relations » – ont des causes et des effets déterminés.
Entre 8 et 18 mois, un enfant apprend, par l’imitation et la pratique, à utiliser ses membres pour se déplacer en marchant ; s’il pratique plus tard la randonnée de haute montagne, un entraînement exigeant corrigera ses mauvaises habitudes pour lui (ré-)apprendre à marcher (« vraiment ») ; et s’il devient danseur, son travail créatif va littéralement réinventer la marche en une variété infinie de pas.

Est-il encore une machine, ce corps qui n’a ni finalité programmée (comme laver le linge pour une machine à laver) ni fonctionnement naturel univoque (comme la météo, à une échelle statistique) ?
Et quand il s’agit de l’expliquer pour dire finalement « ce que c’est », doit-on relativiser toutes ses fonctions à nos usages ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *