Hasard et ordres dans le vivant : déterminismes, devenir, individu

Mercredi 23 novembre

Organisé par Julie Henry et le laboratoire junior EHVI

3ème journée du Colloque international « Chance at the heart of the cell »

21-23 november 2011 –Lyon – France

Présentation

Axes proposés

Programme
Intervenants : Anne CAMBON-THOMSEN, Serge DUPERRET, Giuseppe LONGO, Michel MORANGE, Jérôme ROSANVALLON, Charles WOLFE

Résumés des interventions

Présentation

Nous envisageons cette demi-journée de discussion comme une occasion d’approfondir ensemble les questions ouvertes par la théorie de l’ontophylogenèse et ses idées majeures : l’expression aléatoire des gènes, la stabilité acquise sous l’effet de contrainte d’une structure cellulaire triant les interactions aléatoires entre molécules,  ou encore le rapprochement et l’unification des processus d’ontogenèse et de phylogenèse. Nous souhaiterions ainsi ouvrir une réflexion élargie sur les enjeux épistémologiques, spéculatifs (considérations d’ordre ontologique ou interprétations inspirées d’une «philosophie de la vie ») et éthiques de cette théorie.

Axes proposés

Comme point de départ, nous proposons six axes de questionnement qui sont autant de directions possibles, assez ouvertes et tout à fait compatibles avec d’autres approches plus transversales :

1) quelle interdisciplinarité pour quel dialogue ?

D’un point de vue réflexif et méthodologique, un dialogue interdisciplinaire prenant pour objet ce problème proprement biologique est-il possible ? Si oui : quelles en seraient les conditions, quelle en serait l’approche ?

2) une révolution indéterministe ? Le questionnement d’une conception réaliste des lois génétiques et la réflexion sur la portée explicative du hasard.

D’un point de vue épistémologique : quelles sont, en biologie, le statut et la pertinence du paradigme déterministe atteignant son paroxysme dans le modèle génétique ? Comment hasard et probabilité peuvent en constituer une réelle alternative ? dans l’explication en général, et dans celle de ce qui fait le propre du phénomène biologique ?

3) deux manières d’envisa