Méthodes métisses pour concepts nomades

Le point de départ du Laboratoire Junior est double : d’une part qu’il n’est pas pos­si­ble de cons­truire un dis­cours phi­lo­so­phi­que et anthro­po­lo­gi­que sur l’homme vivant sans connais­san­ces posi­ti­ves issues de la bio­lo­gie ; d’autre part qu’il n’est pas pos­si­ble pour la bio­lo­gie seule de penser l’homme sans les apports théo­ri­ques et empi­ri­ques, les pro­blè­mes et les maniè­res de les poser qu’ont élaborés les scien­ces humai­nes et la phi­lo­so­phie. Nous avons donc cher­ché à faire conver­ger dans cette recher­che phi­lo­so­phie, bio­lo­gie, méde­cine, éthologie, pra­ti­ques artis­ti­ques et scien­ces humai­nes.

Cette plu­ra­lité est non seu­le­ment reven­di­quée dans les dis­ci­pli­nes que nous aime­rions explo­rer lors de nos réflexions avec des cher­cheurs invi­tés, mais elle est déjà pré­sente au sein même de l’équipe de recher­che du Laboratoire Junior, dont les mem­bres sont issus de phi­lo­so­phie, de bio­lo­gie, d’his­toire, de géo­gra­phie, de scien­ces poli­ti­ques, de socio­lo­gie, d’études théâ­tra­les et de musi­co­lo­gie.

Une certaine conception de l’interdisciplinarité

Dès lors, il nous a semblé que nos métho­des de tra­vail devaient pren­dre au sérieux l’hypo­thèse d’inter­dis­ci­pli­na­rité, et inven­ter des modes de réflexion adap­tés aux pro­blè­mes posés ; nous reven­di­quons l’idée qu’une méthode doit être pensée et ajus­tée en fonc­tion de l’objet auquel elle s’appli­que, et que l’inter­dis­ci­pli­na­rité doit consis­ter à faire dia­lo­guer entre elles diver­ses dis­ci­pli­nes, et non faire se dis­sou­dre dans un socle commun a minima leurs com­pé­ten­ces res­pec­ti­ves.

Des séances de réflexion

La pre­mière forme de pensée en commun consiste en des séan­ces de réflexion réu­nis­sant des cher­cheurs de dif­fé­ren­tes dis­ci­pli­nes autour d’objets fron­tiè­res, situés au croi­se­ment pos­si­ble de ces dis­ci­pli­nes (par exem­ple : le corps vivant, le hasard, les impli­ca­tions méta­phy­si­ques de la théo­rie de l’évolution, le vivant et son milieu, les ryth­mes de vie, la culture dans le corps…). Ces séan­ces se dérou­lent alter­na­ti­ve­ment entre mem­bres (ce qui nous permet de cons­ti­tuer pro­gres­si­ve­ment un groupe de réflexion riche et struc­turé) et avec cher­cheurs invi­tés (auquel nous avons ainsi l’occa­sion de pro­po­ser un répon­dant élaboré).

Vers un métissage des pratiques

Parallèlement, afin de sus­ci­ter une com­mu­ni­ca­tion et une com­pré­hen­sion accrues entre dis­ci­pli­nes, nous avons sou­haité que la pra­ti­que de l’inter­dis­ci­pli­na­rité au sein du Laboratoire Junior s’accom­pa­gne d’une ini­tia­tion mutuelle aux pra­ti­ques quo­ti­dien­nes de la recher­che pro­pres à chacun. Cela impli­que par exem­ple de mettre en place une ini­tia­tion pour les mem­bres de scien­ces humai­nes à la vie de labo­ra­toire, aux contrain­tes épistémologiques de la bio­lo­gie, à son régime propre de véri­fi­ca­tion des hypo­thè­ses de recher­che et à son mode de dif­fu­sion scien­ti­fi­que. Comme cela impli­que d’ini­tier les bio­lo­gis­tes à la pra­ti­que des scien­ces humai­nes, à ses métho­des biblio­gra­phi­ques, à son rap­port à l’hypo­thèse et à sa mise à l’épreuve face aux objets labi­les et com­plexes que sont les phé­no­mè­nes humains. C’est ainsi que nous conce­vons le fait de métis­ser les pra­ti­ques quo­ti­dien­nes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *