Le lien entre émotions et réflexion : une rencontre improbable entre philosophie et neurologie

Un colloque interdisciplinaire

Les 2 et 3 décembre 2010 était organisé à Lyon 3 un colloque interdisciplinaire intitulé « La vieillesse : enjeux, pratiques et représentations ». Le programme de ce colloque, élaboré par Sarah Carvallo (Ecole Centrale de Lyon) et Elodie Giroux (Lyon 3), avait pour ambition de faire dialoguer des praticiens et chercheurs venus de différentes disciplines, autour de quatre thématiques : connaître et comprendre / agir / dire et représenter / bien vieillir. Ont ainsi été invités à discuter ensemble des gériatres, des sociologues, des philosophes, des juristes, des psychologues et des praticiens hospitaliers.

Le choix dans l’enchaînement des interventions pouvait parfois surprendre, voire laisser dubitatif dans un premier temps, avant de saisir dans le coeur même du dialogue les rapprochements féconds qui pouvaient s’intaurer entre des réflexions au premier abord fort éloignées. Actuellement en thèse sur l’éthique spinoziste au CERPHI (centre d’études sur la rhétorique, la philosophie et l’histoire des idées de la Renaissance aux Lumières), je suis intervenue sur « Le vieux et le sage » aux côtés de Pierre Krolak Salmon, neurologue en gériatrie et chercheur en dynamique sociale et cognition au Centre Lyon Neurosciences.


La redéfinition philosophique de la sagesse

Dans l’imaginaire commun, le sage est souvent représenté sous les traits d’une figure masculine, paternelle, âgée, à la longue barbe blanche et donnant l’impression d’une grande sérénité. La sagesse consisterait ainsi en une vertu acquise au fil du temps, faisant d’un vénérable vieillard une forteresse imprenable, qui considère les actions humaines et l’agitation qui les carcatérise comme une comédie dont les excès ne parviendront jamais à troubler son âme. En cela, la représentation du sage semble partager quelques caractéristiques communes avec celle du philosophe dans sa tour d’ivoire…

Or, la philosophie s’est caractérisée à l’âge classique par un double rééquilibrage : entre corps et esprit d’une part, et entre affects et raison d’autre part. Alolrs que la sagesse est couramment associée à la spiritualité et au détachement à l’égard des choses matérielles, Spinoza a insisté sur le fait que nous sommes indissociablement corps et esprit, et que vivre revenait à développer son corps dans toutes ses dimensions : organique, affective, mémorielle et sensitive. Parallèlement, les réflexions cartésiennes sur la temporalité de la vie humaine l’ont amené à penser un bon usage de ses passions et de ses représentations, loin de toute image de la sagesse comme ataraxie, voire apathie. L’un comme l’autre pensent donc l’intrication entre raison et affects.

Emotions et cognition sociale

Or, la première réaction de Pierre Krolk Salmon alors de ce colloque, avant même de commencer sa propre intervention (« La personnalité et les émotions de la personne âgée ») fut de relever combien ce type de considérations intéressait les neuroscientifiques, tel Antonio Damasio, auteur des célèbres (et controversés) L’Erreur de Descartes et Pourquoi Spinoza avait raison. Des études contemporaines ont en effet mis en lumière le fait que réflexions et émotions, loin d’être opposées les unes aux autres, empruntaient souvent les mêmes tracés dans le cerveau.

Pierre Krolak Salmon, qui étudie les effets du vieilissement sur les émotions et la cognition sociale (en lien avec la diminution de volume des régions frontales du cerveau), a pu mettre en évidence un lien important entre l’environnement social des personnes et la fragilisation conjointe de la raison et des émotions. Il a ainsi évoqué la possibilité de poursuivre les recherches entreprises en portant une attention accrue aux événements de vie, aux différentes personnalités ou encore à la vieillesse dite « normale », voire « réussie » ; en d’autres termes, insinuer de la différenciation dans des études qui ont tendance à gommer le singulier pour en tirer des enseignements quantitatifs, objectifs et à valeur générale.

La pensée de l’interdisciplinaire

Il n’est pas toujours aisé de faire dialoguer des chercheurs issus de différentes disciplines, et donc formés selon des méthodes diverses, avec les habitus propres à leur communauté de recherche. Mais deux enseignements peuvent être tirés de l’expérience de ce colloque : le premier est qu’il est important, sur des thèmes par nature transversaux, de mêler les regards afin d’enrichir les perspectives et de faire varier les approches ; le second est que, lorsque chacun parle depuis ses compétences propres tout en s’adressant à l’autre, des rapprochements féconds se font jour, et souvent là où nous les attendons le moins. Avec des promesses de travaux communs passionnants à venir !

En l’occurrence, nous n’avons jamais tenté de dire la même chose, ni même de trouver un socle commun. Mais en proposant chacun le fruit de nos recherches, nous avons pu mesurer l’apport réciproque de ce dialogue : des explications neuro-physiologiques à vertu thérapeutiques d’un côté, des compréhensions philosophiques et existentielles de l’autre. Et dans les deux cas, un retour fructueux sur ses propres recherches et sur l’importance d’une ouverture au regard interdisciplinaire. Ce fut là une expérimentation intéressante de ce que nous tentons de mettre en oeuvre progressivement dans le labo junior : l’élaboration du rapport entre réflexivité et interdisciplinarité, à partir des compétences propres de chacun, et autour de problématiques communes mais diversement formulées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *