Retours sur un retour d’expérience (Pour présenter notre recherche : suite)

Nous avions présenté il y a un mois l’expérimentation de réflexivité interdisciplinaire que nous avions tentée ensemble. On avait aussi proposé une interprétation de ce qu’il s’était passé en essayant de mettre ce travail en perspective avec notre évolution en tant que laboratoire junior interdisciplinaire.

Mais ce n’est pas tout : en réfléchissant beaucoup, en plus petit comité, sur les conceptions qu’appelait cette expérience quant au dialogue interdisciplinaire et à la réflexivité, nous avons proposé un retour d’expérience plus approfondi en intervenant lors du colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » des 1-2 décembre 2010 organisé à Limoges.

Aussi, comme l’accueil en a été favorable et les échanges très constructifs, on aimerait simplement partager les réactions de Noël Denoyel et Cécile Goï (Université de Limoges, Laboratoire DYNADIV, organisateur de cette rencontre) à notre intervention, de manière à croiser les interprétations et tenter d’aller plus loin.

On peut peut-être résumer cet échange à trois points :

1. une réflexivité ancrée dans l’action
dans l’esprit de Pierce et Dewey, on expérimente la figure du chercheur praticien dans et par son effort réflexif ; parallèle avec Gilles Monceau et le « praticien réflexif » ; contrairement à une didactique « au carré », le mouvement réflexif est issu de l’activité elle-même et y est intégrée à part entière

2. la co-réflexivité à l’œuvre
le modèle dialogique est pertinent pour rendre compte de la spécificité d’une réflexivité critique ; la discussion est ouverte sur un accord fondé sur le désaccord créant ainsi les conditions d’une parité d’estime des savoirs (d’où la référence à l’andragogie) ; configuration qui permet effectivement d’éviter les querelles de chapelles disciplinaires
plus fondamentalement, le travail en « co- » apparaît comme la condition même de la réflexivité, car le retour sur soi suppose ce détour par l’activité commune ; paradigme du compagnonnage et de la « culture de l’artisanat »

3. une mise en dialogue du propre et du commun, de l’intériorité et de l’extériorité
le travail d’échange critique permet de déconstruire des « allant de soi » (fausses évidences) et repose sur un recentrement réflexif via la différence ; la progression de l’extériorité au terrain commun passe alors par une compréhension de ce qu’on a chacun « en propre » ; en cela, le dialogue fait progresser, dans les deux directions (de la réflexivité à l’interdisciplinarité, de l’interdisciplinarité à la réflexivité)


Dans l’ensemble, c’est surtout le mouvement dialectique (critique) entre l’intérieur (disciplinaire) et l’extérieur (inculture) qui a été apprécié comme une alternative forte à la tentation a-disciplinaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *