La lettre du labo # 1

Archive – Lettre du 13 septembre 2009, envoyée par Julie Henry et Baptiste Morizot

Sommaire :

Ø                Petit historique du labo

Ø                Le site internet

Ø                Le journal du labo

Ø                Les prochains évenements

Petit historique du labo

L’être vivant qu’est l’homme :

Le Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant » a été créé en décembre 2009 par Julie Henry et Baptiste Morizot. Il rassemble des membres venus de philosophie, de biologie, de pratiques artistiques, d’histoire, de géographie autour d’une question commune : qu’implique le fait, pour l’homme, d’être d’abord un être vivant ?

Pour aborder cette question, nous avons souhaité reprendre à notre compte le projet d’une biologie philosophique proposé par Hans Jonas dans Le Phénomène de la vie (1966). Il s’agit ainsi d’une tentative de penser l’humain à partir d’une « interprétation existentielle des faits biologiques ». L’enjeu consisterait alors à tenir compte de l’enracinement dans l’existence organique de ce qui est présenté comme le propre de l’homme (raison, culture…), tout en interrogeant la dimension existentielle des découvertes biologiques les plus récentes.

Comprendre l’homme d’abord comme un être vivant, ce serait parvenir à le penser tout à la fois :

  • selon une perspective généalogique, à la lumière de la théorie synthétique de l’évolution (évolution neutre, exaptation, équilibres ponctués)
  • selon une perspective éthique, à l’aune d’une anthropologie philosophique de l’homme vivant, qui permettre de passer d’une morale des valeurs à une éthique de la vie.
  • selon une perspective expérimentale et reprise réflexivement, comme acteur de recherches sur le vivant, se pensant lui-même dans cette activité
  • selon une perspective éthologique, comme un organisme en relation avec son milieu par le biais de diverses pratiques de vie, et notamment les pratiques artistique

Notre méthode :

Ce travail de recherche nous a semble requérir une pensée transdisciplinaire, qui articulerait les phénomènes humains à leur ancrage vivant, en mettant ainsi en lumière tout à la fois leur filiation biologique et leur spécificité dans le règne du vivant. Il s’agit donc pour nous de faire dialoguer dans cette réflexion les perspectives de la philosophie, de la biologie, de la médecine, de l’éthologie, des sciences humaines, de même que celles des pratiques et discours artistiques qui mettent le corps vivant en question.

Nous tenons ainsi à ce que chacun puisse intervenir à partir des compétences et des méthodes qui lui sont propres, tout en veillant à les partager et à les réinterroger à partir des perspectives qui lui sont proposées par les autres membres. Cela nous permet ainsi de mettre en place des séances de réflexion réunissant des chercheurs de disciplines différentes autour d’objets frontières, tels que le corps vivant, les rythmes de vie, le hasard, le vivant et son milieu, les hominisations, ou encore l’incorporation de la culture.

Le site internet

Le labo junior a créé, il y a quelques mois, un site internet, qui peut être consulté à l’adresse suivante : http://ehvi.ens-lyon.fr/

Vous y trouverez la présentation des membres et des axes de recherche du labo, le compte-rendu des dernières séances et l’annonce de celles à venir, ainsi que des articles et documents de travail proposés par les membres.

Ce site étant régulièrement mis à jour et en constante évolution, n’hésitez pas à vous y rendre de temps en temps !

Par ailleurs, pour toute suggestion, remarque ou annonce, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : contact-ehvi@orange.fr

Le journal du labo

Présentation du concept d’exaptation tel qu’il est utilisé en biologie de l’évolution, comme alternative au finalisme sous-jacent au concept d’adaptation. Il s’agit ainsi de penser l’articulation entre une fonction d’origine et une fonction dérivée en montrant la polyfonctionnalité d’une structure, et de faire une part éminente à l’historicité pour rendre intelligible une structure observée au présent.

Puis présentation de la théorie dispositionnelle de Pierre Bourdieu pour montrer, par la suite, en quoi le déplacement du concept d’exaptation en sociologie (et, plus largement, en sciences humaines et sociales) permet d’injecter de la contingence dans la systématique bourdieusienne pour penser les trajectoires singulières, non comme exceptions à la norme, rares et infimes, mais comme étant la norme elle-même, omniprésentes et effectives.

Il est souvent difficile et risqué, quand on pratique une discipline, de faire un retour réflexif sur les biais méthodologiques qui lui sont propres. Faire soi-même cette autocritique est bien difficile et donne des résultats immédiats plutôt incertains.

Or, est-ce que faire un détour par l’interdisciplinarité ne permettrait pas de trouver un regard plus distancié sur ses habitus méthodologiques pour les réinterroger tout en leur redonnant un sens nouveau ? Peut-on dépasser le double écueil d’une complaisance de spécialiste ou d’une critique unilatérale en s’appuyant sur le passage par l’extérieur pour faire soi-même retour sur ses méthodes ?

Ainsi, les modèles explicatifs biologiques ne peuvent-ils pas contribuer à redéfinir les concepts d’une philosophie de la vie ? Et, parallèlement, la manière philosophique de poser des problèmes ne peut-elle pas contribuer à faire surgir des sens sous-jacents aux objets biologiques ?

C’est cette démarche réflexive pour interroger les biais qui nous sont les plus habituels que nous avons souhaité expérimenter lors de cette séance, à partir d’exemples autour des notions de modèle, de fonction et de norme.

Cette séance a été inaugurée par une introduction de René-François Mairesse, portant sur l’inscription des pratiques artistiques dans la problématique du labo junior, en continuité avec la séance « Quand philosophie et biologie pensent leurs concepts… ».

Ensuite, Léo Poncelet et Vivianne Balsiger nous ont présenté leur travail, puis nous ont parlé de leur démarche et de leur perspective sur cette question. Cela a été ainsi l’occasion d’ouvrir la discussion sur la spécificité des pratiques artistiques par rapport aux autres pratiques, et sur ce qu’elles pouvaient nous apprendre sur l’être vivant singulier qu’est l’homme, tout à la fois par leur ancrage dans des rythmes et des problématiques biologiques et par la distance qu’elles expriment par rapport à eux.

La fin de la séance a alors porté sur les différentes manières dont nous pourrions poursuivre et enrichir cette discussion : organisation d’une autre séance permettant de revenir sur les problèmes abordés ; proposition, par Léo et Vivianne, d’une séance pratique mettant le corps au cœur du questionnement et de la réflexion ; projet d’une journée alliant pratiques artistiques et réflexion en retour sur ces pratiques.

Spécialiste de biologie moléculaire, de philosophie de la biologie et épistémologue, ses recherches l’amènent à construire une nouvelle théorie de l’organisation biologique mettant en crise le déterminisme génétique et la philosophie de l’espèce. Il réalise des modélisations de comportement de cellules rivales dans leur accès aux ressources (dont la lutte peut, par exemple, se manifester à l’échelle macroscopique par la formation d’un muscle ou d’un os). Pour lui l’ontogenèse (le développement d’un organisme individuel) et la phylogenèse (l’évolution des espèces) ne forment qu’un processus unique. Il développe le concept d’ontophylogenèse, c’est-à-dire un darwinisme cellulaire qui vient résoudre les contradictions du déterminisme génétique (l’ordre dans le vivant par les molécules) d’une part et du holisme (l’ordre par le tout).

Vers une biologie philosophique… Ou une philosophie biologique ? Afin d’explorer les représentations de l’homme vivant des différents membres du labo Junior, selon leur champ disciplinaire mais aussi leurs convictions individuelles, nous vous proposons de confronter nos différents points de vue sur une capacité cognitive souvent présentée comme spécificité humaine : la conscience.

Les progrès majeurs des neurosciences des 50 dernières années ont révolutionné notre vision du fonctionnement des neurones et de leur intégration au sein du cerveau. Pourtant, si des fonctions cognitives simples, comme la vision, peuvent être expliquées par des modèles cellulaires, les savoirs actuels en biologie peinent toujours à expliquer ce qu’est la conscience.

Manque de connaissance qui sera comblé par les recherches futures ? Ou existe-t-il un problème plus profond dans la manière et les outils employés par la biologie pour expliquer la conscience ? Ou pire : cette question relève-t-elle même du champ de la biologie ?

La solution viendra-t-elle alors d’une touche de « philosophie » dans les modèles biologiques ? Avec l’essor de nouvelles branches de la biologie comme les sciences cognitives, et l’apport des savoirs issus des sciences humaines et sociales, que peut apporter une approche transdisciplinaire sur la question de la conscience ?

Les prochains évenements

Livio Riboli-Sasco travaille dans l’équipe de François Taddéi, dans le laboratoire où est également Miroslav Radman.

Voici le résumé de sa thèse, qui porte le titre de « Evolving information properties of living systems : a pathway for the emergence of cooperation and other major transitions » :

It consists mainly of a theoretical work. I propose new concepts that should allow researchers to study information in living systems as well as in cultural systems. The idea it that comparisons should be done with unbiased and quantifiable tools. This kind of analyses is not reductionist as it does not exclude fundamental divergences between both systems. It just allows to measure the gap and the strength of potential analogies. Also to make things clear I propose a definition of information for biology as « informaCtion ». I consider that InformaCtivity increases when the impact of an information on fitness increases, given a certain « quantity of information » (as defined by Shannon). My second main argument is to say that cooperation could be studied as a by-product of increased abilities to inter-operate information by multiple agents in a system. I then discuss how this « inter-operability » of information can be selected for in a Red Queen and Niche Construction framework. Eventually I try to open perspectives about how such a theoretical framework could be tested in bacterial and human systems.

Pierre Ancet est maître de conférences en philosophie à l’Université de Bourgogne, 1er assesseur et référent handicap de l’UFR Lettres-Philosophie et Directeur de l’Université pour Tous de Bourgogne (UTB).

Il interviendra sur le thème des monstres dans son rapport aux limites de la nature humaine : critères, limites et enjeux critiques. Cette réflexion sera l’occasion d’un questionnement des normes vitales, mentales et sociales.

Ses axes de recherches :

Ø            Philosophie générale : La question des normes (normal, anomal, pathologique… selon les distinctions posées par G. Canguilhem) notamment à travers l’articulation entre normes sociales et normes biologiques.

Ø            L’expérience du corps vécu ou corps propre (au sens de M. Merleau-Ponty) vue sous l’angle de la perturbation du corps propre face au corps difforme ou jugé monstrueux et face au grave handicap physique ; vue également sous l’angle de l’expérience intérieure de la personne handicapée (M. Nuss).

Ø            Bioéthique et philosophie de la médecine : recherches centrées autour de la personne âgée et de la personne handicapée à travers le vécu du corps et le vécu du temps.

Ø            Histoire des sciences biologiques : histoire de la tératologie expérimentale (XIXe et début XXe siècle), histoire des théories de l’évolution

  • Début 2011 : « L’anthropologie philosophique », conférence de Pierre-François Moreau

Pierre-François Moreau est Professeur de Philosophie à l’ENS de Lyon. Philosophe et historien de la philosophie, il est spécialiste de Spinoza ; ses recherches portent également sur les philosophies matérialistes.

Lors de cette conférence, il viendra nous éclairer sur l’objet, le sens et les enjeux de l’ « anthropologie philosophique ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *